ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SANTE - Publié le 07/05/2019 à 10:19


Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes


AFP

L'ère des médecins qui prescrivent de puissants antibiotiques en attendant les résultats du laboratoire pourrait bientôt prendre fin, grâce à un nouvel outil permettant d'obtenir ces résultats en quelques minutes, et non plus quelques jours.

Cet outil a été inventé par une équipe de l'université d'Etat de Pennsylvanie. Il est décrit lundi dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

Co-développé par Pak Kin Wong, professeur d'ingénierie biomédicale et mécanique, cet outil utilise une micro-technologie pour piéger les cellules bactériennes, qui peuvent ensuite être observées grâce à un microscope électronique.

Cette technique permet de déterminer en 30 minutes seulement si une bactérie est présente dans l'échantillon étudié, ainsi que sa sensibilité aux traitements médicaux, en exposant la souche à certains médicaments pour observer sa résistance. Si celle-ci est résistante, alors les antibotiques ne feront de toute façon pas effet.

Aujourd'hui, tout cela prend trois à cinq jours dans les laboratoires.

"Nous prescrivons actuellement des antibiotiques même sans bactérie présente", a expliqué Pak Kin Wong à l'AFP. "C'est de la surprescription."

"Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus communes", a-t-il pris comme exemple. "Malgré tout, plus de 75% des échantillons d'urine envoyés à un laboratoire de microbiologie clinique sont négatifs. En infirmant ou confirmant rapidement la présence de bactéries à des concentrations cliniques pertinentes améliorera considérablement les soins aux patients."

En plus de pouvoir détecter si une bactérie est présente, l'outil peut commencer à déterminer son type, en observant la forme des cellules.

Mais il ne permet pas de savoir de "quelle sorte de bactérie il s'agit", a expliqué le chercheur. "Nous travaillons sur une approche moléculaire complémentaire pour pouvoir classifier" les bactéries.

Il a ajouté que son équipe avait déposé un dossier pour un brevet provisoire et que leur outil, dont ils espèrent réduire la taille pour qu'il puisse être utilisé par des hôpitaux ou des cabinets médicaux, pourrait être disponible sur le marché dans trois ans.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.