ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SCIENCE - Publié le 13/05/2019 à 23:43


Hyptiotes cavatus, l'araignée qui se catapulte vers sa proie


AFP

Cette histoire est déconseillée aux arachnophobes : dans une étude publiée lundi aux États-Unis, des chercheurs décrivent comment au moins une espèce d'araignée est capable d'enrouler un fil de sa toile pour la tendre comme la corde d'un arc, afin de se propulser à toute vitesse vers sa proie.

L'araignée en question, Hyptiotes cavatus, a été filmée par une caméra à haute résolution pour confirmer qu'elle utilisait un mécanisme externe afin de démultiplier sa force musculaire, comme un arc ou une catapulte. C'est la première fois, selon les auteurs, que la technique est scientifiquement décrite pour une espèce autre que les humains.

« Des gens l'avaient décrit dans des observations, mais personne ne l'avait quantifié », explique Sarah Han, doctorante à l'université d'Akron dans l'Ohio, coauteure de l'article publié dans la revue PNAS.

« L'araignée utilise ses muscles pour enrouler un fil de la toile, comme vous utilisez votre bras pour tirer la corde d'un arc. Puis elle garde cette position jusqu'à ce qu'une proie entre en contact avec la toile », dit-elle à l'AFP.

L'araignée est capable de garder la tension pendant des heures.

Quand elle relâche la tension, la toile subit alors « une très forte accélération », dit Sarah Han. « La toile s'emmêle autour de l'insecte proie, ce qui marque le début du processus de capture, à distance ».

La vitesse atteint environ 400 longueurs du corps de l'araignée par seconde, ce qui témoigne d'une accélération prodigieuse de 772,85 mètres par seconde carrée (l'unité de mesure de l'accélération).

Les chercheurs ont confirmé que l'accélération était bien due au relâchement de la toile et non aux muscles des pattes de l'araignée, incapables de par leur masse de générer autant d'énergie.

L'avantage est évident : l'arachnide n'a pas eu à développer d'anatomie spécialisée pour se projeter ; en commençant l'attaque à bonne distance, elle réduit aussi le risque de blessures... tout comme les humains qui ont inventé les catapultes.

Un mystère reste à percer : comment l'araignée parvient-elle à tenir la toile enroulée et pleine d'énergie pendant des heures sans s'épuiser ? Les chercheurs n'ont pas réussi à observer le mécanisme. Peut-être y a-t-il là quelque chose dont les humains pourraient s'inspirer, suggère Sarah Han.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
Le nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur
Un autre dinosaure-oiseau tenait compagnie à l'Archéoptéryx
L'ancêtre commun des humains modernes et de Neandertal sans doute plus ancien qu'on ne croyait
Hyptiotes cavatus, l'araignée qui se catapulte vers sa proie
A base de plantes ou de cellules, les alternatives à la viande foisonnent
Pour protéger la nature et l'Homme, la science prône des changements profonds
Egypte: découverte d'un cimetière de l'Ancien Empire à Guizeh
Italie : enquête sur l'ADN de Léonard de Vinci à partir d'une mèche de cheveux
En quelques siècles seulement, les humains ont changé les chevaux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.