ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 4 Juillet 2020

SEXO - Publié le 13/05/2019 à 23:44


Opérations du pénis : le jeu n'en vaut pas la chandelle


AFP

Pompes, extenseurs, injections de graisse, chirurgie... Les techniques destinées à accroître la taille du sexe masculin sont généralement peu efficaces et entraînent de nombreuses complications, avertissent des chercheurs qui ont passé au peigne fin 17 études sur ce sujet.

Toutes ces techniques promettent quelques centimètres de plus aux messieurs complexés par la taille de leur pénis. Mais elles reposent sur «un niveau de preuve faible et de mauvaise qualité» et un «suivi psychologique» devrait toujours leur être préféré dans un premier temps, conclut l'article, publié en ligne par Sexual Medicine Reviews, la revue de l'International Society for Sexual Medicine.

«En plus des risques physiques, beaucoup d'hommes dépensent d'importantes sommes d'argent ce qui, en cas de résultat décevant peut accroître de façon significative leur sentiment de honte et leurs problèmes psychologiques, alors qu'ils n'avaient aucun problème physique au départ», souligne Gordon Muir, urologue au King's College Hospital et coordonnateur de l'étude.

Les chercheurs ont analysé 17 études portant sur près de 1200 hommes sans problème morphologique ayant eu recours à différentes techniques d'allongement ou d'élargissement du pénis. La grande majorité avait un sexe de taille considérée comme normale.

L'efficacité du traitement a été évaluée à partir de la satisfaction du patient, de l'augmentation de la taille du sexe et des éventuelles complications, lorsque ces données étaient disponibles.

De façon générale, «la méthodologie des études était mauvaise tant au niveau de la sélection des patients que de l'évaluation des résultats», observent les chercheurs. Seulement les deux tiers des participants avaient ainsi fait l'objet d'un suivi après leur traitement.

Parmi les techniques non chirurgicales, les extenseurs péniens (appareil qui exerce un étirement mécanique) ont allongé la taille de moins de 2 cm en moyenne, tandis que les pompes à vide n'ont pas montré d'efficacité.

Les méthodes par injections, d'acide hyaluronique, de graisse ou parfois de silicone, entraînent pour leur part une augmentation de la circonférence du pénis mais les auteurs avertissent d'un «taux de complication élevé» (déformations asymétriques, apparition de nodules inflammatoires, etc.).

Quant aux interventions chirurgicales, par section du ligament suspenseur de la verge le plus souvent, ou par greffe de derme, «certains hommes ont rapporté une augmentation de taille significative; toutefois, les complications n'étaient pas rares».

De plus, «aucune vérification indépendante» de leurs déclarations n'a été effectuée, insiste Gordon Muir, ce qui affaiblit considérablement les conclusions des études concernées.

D'après une étude englobant plus de 15 500 hommes publiée en 2015, également par des chercheurs du King's College, la longueur moyenne d'un pénis est de 9,16 cm au repos et de 13,12 cm en érection, et sa circonférence, toujours en moyenne, passe de 9,31 cms au repos à 11,66 cms en érection.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Aux Etats-Unis, les adolescents LGBTQ+ sont deux fois plus exposés au harcèlement scolaire que les autres
Les comportements sexuels à risque chez les adolescents peuvent être réduits grâce à l'implication des parents
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants transgenres se sentent autant garçons ou filles que les enfants non trans
Sensibiliser les enfants au concept de la non-binarité pourrait réduire les préjugés à l'école, suggère une étude
Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.