ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 5 Juin 2020

PLANETE - Publié le 16/05/2019 à 19:05


La survie miraculeuse du pirarucu, poisson géant d'Amazonie


AFP

Pouvant peser jusqu'à 200 kilos et mesurer trois mètres de long, le colossal pirarucu, qui avait presque disparu des rivières d'Amazonie en raison de la surpêche, prospère de nouveau aujourd'hui.

Ce poisson géant, appelé aussi "morue d'Amazonie", a été sauvé de l'extinction grâce à un programme scientifique de l'Institut Mamirauá, mené en symbiose avec les populations locales. 

On en trouve aujourd'hui de nombreux spécimens dans la région des réserves de Mamirauá et Amanã, à 500 km de Manaus, en plein coeur de l'Amazonie.

Le pirarucu (Arapaima gigas) était une importante source de subsistance des populations riveraines. Mais l'intensification de l'activité dans la forêt, les progrès technologiques des bateaux ainsi que la production de glace ont permis le stockage prolongé des poissons, et par là-même mis en danger les espèces, notamment le fameux pirarucu.

Contrairement aux autres poissons, le pirarucu possède un système respiratoire complexe, qui l'oblige à remonter à la surface toutes les 20 minutes pour respirer l'air.

C'est à ce moment-là qu'on peut le pêcher. Mais surtout le compter, dans le cadre du programme de préservation.

- "Revenu en abondance" - 

Lorsque l'Institut de développement durable de Mamirauá est arrivé, "un groupe (de pêcheurs) a été créé pour compter les poissons quand ils remontent pour respirer", explique Luz Maria Luzilene de Castro, 48 ans, qui vit dans la communauté de Jarauá depuis 37 ans.

"Ce plan de gestion a 20 ans. Le pirarucu est revenu en abondance" et aujourd'hui les pêcheurs "disent qu'il y a plus de pirarucus que d'autres poissons", poursuit-il, évoquant notamment le tambaqui (Colossoma macropomum).

Avec la pêche durable, la population de ces poissons géants est passée de 2.507 spécimens en 1999 à 190.523 en 2018.

Josué de Castro, 43 ans, a été l'un des "comptables" formés par l'institut. Il se souvient qu'avant le programme il n'y avait quasiment plus de pirarucus à Jarauá.

"En méthodologie de comptage, vous comptez (le pirarucu) toutes les 20 minutes. Il (le poisson) remonte à la surface, il est facile pour vous de le voir", explique-t-il.

Aujourd'hui, la pêche du pirarucu est exercée de manière durable dans la zone des réserves, sur la base de quotas établis à partir du nombre total de poissons recensés l'année précédente. Elle tient compte de la période de reproduction, et est autorisée seulement de juillet à novembre et interdite le reste de l'année.

Selon l'Institut Mamirauá, en 2018, la gestion du pirarucu a rapporté 1,56 million de réais (350.000 euros) à Mamirauá et à Amanã, qui ont été répartis entre plus de 700 pêcheurs. 

Pour Emiliano Ramalho, directeur technique et scientifique de l'Institut Mamirauá, l'histoire du pirarucu résume bien l'alliance ente les différents savoirs à Mamiraua.

"Un chercheur vient de l'extérieur pour soutenir une espèce menacée, le pirarucu, qui présente également un intérêt local", explique-t-il. "Ce savoir traditionnel, validé par la science, permet ensuite à seulement dix pêcheurs de compter les poissons dans un grand lac en une seule journée".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
Dans les gorges de l'Ardèche, une virginité retrouvée mais éphémère ?
Lait, vin, pommes de terre: que faire des excédents de la crise du coronavirus?
Coronavirus: au Moyen-Orient, gants et masques polluent villes et nature
Le fonds souverain de la Norvège bannit des géants miniers et énergétiques
Brésil: à plus de 50 ans, une nouvelle vie pour une éléphante
L'Amazonie est un réservoir à virus, dit un chercheur brésilien
Sécheresse catastrophique en République tchèque, selon le ministère de l’Environnement
Besoin de soutien: les adoptions d'animaux s'envolent aux Etats-Unis
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.046 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.