ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 6 Décembre 2019

PLANETE - Publié le 16/05/2019 à 19:05


La survie miraculeuse du pirarucu, poisson géant d'Amazonie


AFP

Pouvant peser jusqu'à 200 kilos et mesurer trois mètres de long, le colossal pirarucu, qui avait presque disparu des rivières d'Amazonie en raison de la surpêche, prospère de nouveau aujourd'hui.

Ce poisson géant, appelé aussi "morue d'Amazonie", a été sauvé de l'extinction grâce à un programme scientifique de l'Institut Mamirauá, mené en symbiose avec les populations locales. 

On en trouve aujourd'hui de nombreux spécimens dans la région des réserves de Mamirauá et Amanã, à 500 km de Manaus, en plein coeur de l'Amazonie.

Le pirarucu (Arapaima gigas) était une importante source de subsistance des populations riveraines. Mais l'intensification de l'activité dans la forêt, les progrès technologiques des bateaux ainsi que la production de glace ont permis le stockage prolongé des poissons, et par là-même mis en danger les espèces, notamment le fameux pirarucu.

Contrairement aux autres poissons, le pirarucu possède un système respiratoire complexe, qui l'oblige à remonter à la surface toutes les 20 minutes pour respirer l'air.

C'est à ce moment-là qu'on peut le pêcher. Mais surtout le compter, dans le cadre du programme de préservation.

- "Revenu en abondance" - 

Lorsque l'Institut de développement durable de Mamirauá est arrivé, "un groupe (de pêcheurs) a été créé pour compter les poissons quand ils remontent pour respirer", explique Luz Maria Luzilene de Castro, 48 ans, qui vit dans la communauté de Jarauá depuis 37 ans.

"Ce plan de gestion a 20 ans. Le pirarucu est revenu en abondance" et aujourd'hui les pêcheurs "disent qu'il y a plus de pirarucus que d'autres poissons", poursuit-il, évoquant notamment le tambaqui (Colossoma macropomum).

Avec la pêche durable, la population de ces poissons géants est passée de 2.507 spécimens en 1999 à 190.523 en 2018.

Josué de Castro, 43 ans, a été l'un des "comptables" formés par l'institut. Il se souvient qu'avant le programme il n'y avait quasiment plus de pirarucus à Jarauá.

"En méthodologie de comptage, vous comptez (le pirarucu) toutes les 20 minutes. Il (le poisson) remonte à la surface, il est facile pour vous de le voir", explique-t-il.

Aujourd'hui, la pêche du pirarucu est exercée de manière durable dans la zone des réserves, sur la base de quotas établis à partir du nombre total de poissons recensés l'année précédente. Elle tient compte de la période de reproduction, et est autorisée seulement de juillet à novembre et interdite le reste de l'année.

Selon l'Institut Mamirauá, en 2018, la gestion du pirarucu a rapporté 1,56 million de réais (350.000 euros) à Mamirauá et à Amanã, qui ont été répartis entre plus de 700 pêcheurs. 

Pour Emiliano Ramalho, directeur technique et scientifique de l'Institut Mamirauá, l'histoire du pirarucu résume bien l'alliance ente les différents savoirs à Mamiraua.

"Un chercheur vient de l'extérieur pour soutenir une espèce menacée, le pirarucu, qui présente également un intérêt local", explique-t-il. "Ce savoir traditionnel, validé par la science, permet ensuite à seulement dix pêcheurs de compter les poissons dans un grand lac en une seule journée".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
Arctique: le réchauffement cause des difficultés à deux explorateurs
Plaie des océans, les microplastiques contaminent aussi les fleuves européens
Au Royaume-Uni, les castors appelés à la rescousse contre les inondations
La période de reproduction de la grande barrière de corail a commencé
Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
Les coraux des Caraïbes en danger de mort
Climat: plus vite, plus haut que prévu pour les océans?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.087 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.