ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 26 Mai 2020

SANTE - Publié le 16/05/2019 à 19:06


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques


AFP

Une nouvelle étude européenne a analysé le taux d'exposition à une quarantaine de composés chimiques chez 1.300 mères et leurs enfants, en fonction de leur niveau socio-économique. 

Réalisée par l'Institut de Santé Globale de Barcelone (ISGlobal), cette nouvelle étude a analysé la relation entre la situation socio-économique de 1.300 femmes enceintes et leurs enfants âgés de 6 à 12 ans et l'exposition à 41 contaminants environnementaux, indique un communiqué. La recherche, qui fait partie du projet HELIX, a été réalisée à partir de cohortes de naissances issues de six pays européens (Espagne, France, Grèce, Lituanie, Norvège et Royaume-Uni).

Les chercheurs ont prélevé des échantillons d'urine et de sang chez les femmes enceintes et leurs enfants pour déterminer les concentrations moyennes de biomarqueurs indiquant la présence d'intrants chimiques. Les participantes ont également rempli des questionnaires relatifs à leur niveau d'éducation, leur emploi et les revenus de leur famille.

Publiés dans l'International Journal of Hygiene and Environmental Health, les résultats montrent que les femmes enceintes qui avaient un niveau socio-économique plus élevé présentaient un risque plus important d'exposition à plusieurs composés chimiques telles que les substances perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles (PFAS), le mercure, l'arsenic et plusieurs pesticides. Les enfants issus de familles au statut social élevé étaient eux aussi plus exposés aux PFAS, au mercure, à l'arsenic et au bisphénol A.

Des risques associés aux modes de vie

L'exposition aux produits chimiques semblait moins importante au sein des foyers plus modestes. Un risque d'exposition plus élevé au cadmium chez les femmes enceintes et aux métabolites du plomb et aux phtalates chez les enfants a toutefois été observé.

Selon Parisa Montazeri, chercheuse à l'ISGlobal et autrice principale de cette publication, ces différences entre statuts socio-économiques peuvent s'expliquer par les modes de vie comme l'alimentation, le tabagisme ou l'utilisation de produits cosmétiques. "Par exemple, le tabagisme explique en partie les concentrations plus élevées de cadmium observées chez les femmes ayant des niveaux socio-économiques plus faibles", note-t-elle. 

"Il est important, dans les études à venir d'analyser les effets sur la santé des contaminants environnementaux en tenant compte du rôle de la position socio-économique", estime par ailleurs Martine Vrijheid, chercheuse à l'ISGlobal et coordinatrice de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
Une maladie peut-être liée au coronavirus touche des enfants au Royaume-Uni
Une étude suggère que le Covid-19 ne serait pas sexuellement transmissible
Coronavirus: une vacherie qui réserve des surprises
Deux chats malades du coronavirus à New York
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.