ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SANTE - Publié le 16/05/2019 à 19:06


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques


AFP

Une nouvelle étude européenne a analysé le taux d'exposition à une quarantaine de composés chimiques chez 1.300 mères et leurs enfants, en fonction de leur niveau socio-économique. 

Réalisée par l'Institut de Santé Globale de Barcelone (ISGlobal), cette nouvelle étude a analysé la relation entre la situation socio-économique de 1.300 femmes enceintes et leurs enfants âgés de 6 à 12 ans et l'exposition à 41 contaminants environnementaux, indique un communiqué. La recherche, qui fait partie du projet HELIX, a été réalisée à partir de cohortes de naissances issues de six pays européens (Espagne, France, Grèce, Lituanie, Norvège et Royaume-Uni).

Les chercheurs ont prélevé des échantillons d'urine et de sang chez les femmes enceintes et leurs enfants pour déterminer les concentrations moyennes de biomarqueurs indiquant la présence d'intrants chimiques. Les participantes ont également rempli des questionnaires relatifs à leur niveau d'éducation, leur emploi et les revenus de leur famille.

Publiés dans l'International Journal of Hygiene and Environmental Health, les résultats montrent que les femmes enceintes qui avaient un niveau socio-économique plus élevé présentaient un risque plus important d'exposition à plusieurs composés chimiques telles que les substances perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles (PFAS), le mercure, l'arsenic et plusieurs pesticides. Les enfants issus de familles au statut social élevé étaient eux aussi plus exposés aux PFAS, au mercure, à l'arsenic et au bisphénol A.

Des risques associés aux modes de vie

L'exposition aux produits chimiques semblait moins importante au sein des foyers plus modestes. Un risque d'exposition plus élevé au cadmium chez les femmes enceintes et aux métabolites du plomb et aux phtalates chez les enfants a toutefois été observé.

Selon Parisa Montazeri, chercheuse à l'ISGlobal et autrice principale de cette publication, ces différences entre statuts socio-économiques peuvent s'expliquer par les modes de vie comme l'alimentation, le tabagisme ou l'utilisation de produits cosmétiques. "Par exemple, le tabagisme explique en partie les concentrations plus élevées de cadmium observées chez les femmes ayant des niveaux socio-économiques plus faibles", note-t-elle. 

"Il est important, dans les études à venir d'analyser les effets sur la santé des contaminants environnementaux en tenant compte du rôle de la position socio-économique", estime par ailleurs Martine Vrijheid, chercheuse à l'ISGlobal et coordinatrice de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.051 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.