ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Juillet 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 16/05/2019 à 19:33


La Chine à la recherche du manteau lunaire


AFP

La sonde chinoise Chang'e-4, qui s'est posée en début d'année sur la face cachée de la Lune, y aurait découvert des traces de minéraux provenant des entrailles de notre satellite, dont la composition reste aujourd'hui toujours aussi mystérieuse.

Les minéraux mis en évidence, « de l'olivine et du pyroxène à faible teneur en calcium », sont différents de ceux présents dans les échantillons prélevés à la surface de la Lune, selon l'étude publiée mercredi dans la revue Nature.

La sonde Chang'e-4 a réussi le 3 janvier le premier alunissage de l'histoire sur la face cachée de la lune, l'hémisphère de notre satellite qui tourne en permanence le dos à la Terre.

La sonde s'est posée dans le cratère Von Karman, situé dans le bassin Pôle Sud-Aitken, le plus grand cratère d'impact connu dans le système solaire. Les scientifiques espèrent notamment y débusquer des éléments du manteau lunaire, exposés au grand jour par le choc violent avec un astéroïde.

Car, encore aujourd'hui, la structure et l'origine de notre satellite sont des sujets de débats entre scientifiques.

Les caractéristiques du manteau lunaire, en particulier sa composition, demeurent incertaines et peu documentées, explique Patrick Pinet de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie dans un commentaire publié avec l'étude.

La découverte de ces composants « confirmerait qu'il est possible d'échantillonner à cet endroit des matériaux du manteau lunaire », ce qui serait une première, ajoute-t-il.

Selon l'hypothèse la plus largement répandue, dite de « l'impact géant », la Lune a été créée voici environ 4,5 milliards d'années lorsque la Terre primitive a été violemment percutée par un corps céleste aussi massif que la planète Mars, baptisé Théia.  

Cette collision aurait prélevé de la matière à la Terre, des roches en fusion ou magma, qui se seraient ensuite agglomérées pour former la Lune. Sa surface n'aurait d'abord été qu'un océan de magma qui se serait progressivement refroidi.

Les éléments les plus légers restant à la surface pour former la croute. Les minéraux denses (comme l'olivine) plongeant dans le manteau lunaire.

« Les données obtenues par CE-4 montrent clairement que l'olivine est présente en abondance sur le site d'atterrissage », explique à l'AFP Dawei Liu de l'Académie chinoise des Sciences, coauteur de l'étude, pour qui ces résultats renforcent l'hypothèse dite de « l'océan de magma lunaire ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
Pour retourner sur la Lune, l'urgence de nouvelles combinaisons spatiales
Un composé présent dans le raisin pourrait renforcer les muscles des astronautes qui iront sur Mars
À 82 ans, Sue Finley, codeuse à la NASA, vise toujours les étoiles
Objectif Lune pour une sonde indienne
La machine qui a aidé les hommes à arriver sur la Lune
Des centaines d'objets archéologiques sur la Lune: faut-il les protéger?
Un drone sur Titan en 2034, la mission d'une vie
Test réussi par la Nasa de l'interruption d'urgence du lancement d'astronautes
Spectaculaire éclipse totale de soleil au-dessus du Chili
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.054 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.