ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 19 Septembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 17/05/2019 à 18:52


SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet


AFP

La société spatiale californienne SpaceX a reporté, pour la deuxième fois, le lancement prévu dans la nuit de jeudi à vendredi des 60 premiers satellites de sa future constellation Starlink, destinée à fournir internet à la planète entière depuis l'espace.

« Maintien au sol pour mettre à jour le logiciel du satellite et faire encore des triples vérifications », a écrit sur Twitter la société créée par Elon Musk. « Volonté de toujours faire tout ce qu'on peut au sol pour maximiser le succès de la mission, prochaine fenêtre de tir dans environ une semaine ».

Le lancement était initialement prévu mercredi soir mais avait déjà été reporté, en raison des vents.

La fusée Falcon 9 devait ensuite décoller de Cap Canaveral en Floride jeudi à 22 h 30, avec à son sommet une coiffe entièrement remplie par les 60 satellites.

SpaceX, leader du marché des lancements, veut saisir une part du futur marché de l'internet de l'espace, que convoitent de nombreuses rivales, comme la start-up OneWeb, ou le géant Amazon, qui est bien moins avancé (projet Kuiper).

Elon Musk espère à terme gagner 3 à 5 % du marché mondial de l'internet, une part qu'il a évaluée mercredi, lors d'une conférence téléphonique avec la presse, à 30 milliards de dollars par an, soit dix fois plus que ce qu'il gagne avec ses lanceurs. Le but : financer le développement de ses fusées et vaisseaux spatiaux. Le patron a pour rêve de coloniser Mars.

Chaque satellite de Starlink pèse seulement 227 kilogrammes et a été fabriqué en interne à Redmond, près de Seattle.  

Le second étage de la fusée commencera à les libérer une heure après le lancement, à 440 km d'altitude, puis ils se propulseront chacun jusqu'à une orbite relativement basse, de 550 km d'altitude, soit au-dessus de la Station spatiale internationale (environ 400 km) mais bien en-dessous de la plupart des autres satellites en orbite terrestre, notamment ceux en orbite géostationnaire à 36 000 km.

L'intérêt d'être aussi bas est que le temps de réponse des satellites sera très court pour les utilisateurs au sol, puisque la distance le sera tout autant. L'inconvénient est qu'il faut beaucoup de satellites pour mailler le globe, et qu'ils « retombent » plus vite dans l'atmosphère, au bout de quelques années. SpaceX devra les remplacer régulièrement.

C'est devenu possible récemment avec la baisse rapide du coût de fabrication des satellites et le développement des mini-satellites.

Petite antenne plate

SpaceX a obtenu l'autorisation par les autorités américaines de lancer 12 000 satellites, répartis sur plusieurs orbites, mais Elon Musk a expliqué mercredi qu'un millier suffirait à rendre le système « économiquement viable ».

Le patron a dit que le système commencerait à être réellement opérationnel avec environ 800 satellites, ce qui nécessiterait encore une douzaine de lancements.

« Je pense que d'ici un an et demi ou deux ans, SpaceX aura probablement plus de satellites en orbite que l'ensemble des autres satellites », a dit Elon Musk.

Il y a aujourd'hui environ 2100 satellites actifs en orbite terrestre (des milliers d'autres restent en orbite mais ne sont plus opérationnels).

Pour recevoir l'internet de SpaceX, une antenne plate de la taille d'une « boîte moyenne de pizza » sera nécessaire, selon lui. La société s'associera sans doute avec des opérateurs de télécommunications, mais n'a pas encore commencé à prospecter de clients, a-t-il dit.

Enfin, pour minimiser le risque de collision entre satellites, chaque élément de la constellation intègre une technologie anti-collision, selon SpaceX. Les satellites seront conçus pour retomber et brûler à 95 % dans l'atmosphère au bout de quelques années. Le reste tombera dans le Pacifique.

Mais Elon Musk a tenu à préciser : « Nous prenons cela très au sérieux, mais il n'y a pas foule là-haut, c'est très clairsemé ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Jour J pour la mission lunaire indienne Chandrayaan-2
Une collision de satellites évitée par l'Agence spatiale européenne
Mission lunaire indienne: l'orbiteur et l'atterrisseur se séparent
L'Iran confirme une explosion dans un centre spatial
Le vaisseau transportant le robot russe Fedor s'est arrimé à l'ISS
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Une sonde indienne réussit à se placer en orbite lunaire
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
L'Etna à nouveau en éruption
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.