ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 18 Septembre 2019

SCIENCE - Publié le 21/05/2019 à 11:18


Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire


AFP

Les bonobos, nos cousins primates altruistes, pacifiques et lascifs, vivent dans des sociétés dominées par les femelles, par contraste avec les chimpanzés, plus agressifs et patriarcaux.

Ce que l'on ignorait, jusqu'à présent, est le rôle très important joué par les mères bonobos dans la vie sexuelle de leurs fils : elles utilisent leur rang social pour s'assurer que leurs enfants mâles rencontrent plus de femelles en phase d'ovulation, et empêcher que des mâles ne rivalisent avec eux.

Le comportement des mamans bonobos est décrit dans une étude publiée lundi dans la revue Current Biology, et qui a observé que les mâles dont la mère vit dans le même groupe ont trois fois plus de chances d'avoir des descendants que ceux dont la mère n'appartient pas au groupe.

« C'est la première fois que nous pouvons montrer l'impact de la présence de la mère sur une valeur sélective très importante chez les mâles : leur fertilité », explique Martin Surbeck, primatologue au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology.

« Nous avons été surpris d'observer que les mères avaient une influence aussi forte et directe sur le nombre de petits-enfants qu'elles ont », ajoute-t-il.

Pour leur étude, les chercheurs ont suivi des groupes de bonobos de République démocratique du Congo, ainsi que des chimpanzés de Côte d'Ivoire, de Tanzanie et d'Ouganda - les deux espèces de primates les plus proches des humains, avec qui elles partagent 99 % de leur patrimoine génétique.

Dans les deux espèces, les mères tentent d'aider leurs fils, mais les bonobos y parviennent beaucoup mieux, car dans ces communautés, les plus hauts rangs sont occupés par des femelles.

« Les mamans bonobos agissent un peu comme des passeports sociaux », dit Martin Surbeck à l'AFP. « Les fils, lorsqu'ils se trouvent dans l'entourage de leur mère, occupent une place centrale dans le groupe et accèdent à des positions qui leur permettent de plus interagir avec les autres femelles, notamment pour copuler ».

« S'il y a une femelle très attirante, on voit des mères qui s'en rapprochent, et dans leur ombre il y a les mâles », dit-il.

À l'inverse, quand une mère perd son statut élevé, son fils descend aussi dans l'échelle sociale et a moins de chance de s'accoupler.

Les filles ne semblent recevoir aucune assistance maternelle. L'hypothèse de Martin Surbeck est que les mères n'y trouvent aucun intérêt d'un point de vue évolutif, car les filles bonobos finissent par quitter la communauté, contrairement aux mâles.

L'étude conforte, selon ses auteurs, l'hypothèse dite des grands-mères : c'est-à-dire qu'une femelle qui n'est plus en âge de se reproduire peut accroître sa longévité et continuer à transmettre ses gènes, grâce à sa progéniture.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
Découverte de centaines d'empreintes de pas de Néandertaliens sur une plage normande
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Le génome du petit pois a été décrypté
La Chine clone un chat, et songe maintenant aux pandas
Qu'est-ce qu'un ouragan de catégorie 5 ?
Il faut retrouver le soldat Gudin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
L'Etna à nouveau en éruption
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.