ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 19 Juin 2019

PLANETE - Publié le 28/05/2019 à 13:19


A Houston au Texas, la santé et la tech comme remèdes à la malédiction du pétrole


AFP

Après avoir profité des périodes fastes lors des pics et subi des heures sombres lors des chutes des cours du pétrole, Houston s'est progressivement désintoxiquée de sa dépendance à l'or noir en misant sur les secteurs de la santé et la technologie, bien que le parfum du brut ne soit jamais loin de ce berceau américain du pétrole.

Au sud de la quatrième ville la plus peuplée des Etats-Unis, le Texas Medical Center s'étend sur plus de cinq kilomètres carrés, un gratte-ciel chassant l'autre entre les universités médicales, l'hôpital pour enfants ou le centre de traumatologie.

Dix millions de personnes viennent consulter chaque année l'une des nombreuses spécialités offertes ici, croisant au passage certains des 110.000 employés du centre, le plus gros bataillon de la ville.

L'explosion de l'activité du TMC a même permis au secteur de la santé de devenir le principal employeur au Texas, avec plus de 11% des emplois contre 8,6% à l'énergie, d'après la banque centrale américaine (Fed).

Comme remède à sa dépendance au pétrole, c'est bien sur la santé que le Texas a misé.

- "Pas le choix" -

"Nous n'avions pas le choix" justifie Patrick Jankowski, vice-président du Greater Houston Partnership, une organisation promouvant l'économie locale.

"Pour donner du travail aux gens ici, nous nous devions de faire croître ce secteur", ajoute-t-il, rappelant qu'il y a encore trente ans, huit emplois sur dix dépendaient du pétrole et du gaz.

Il faut dire que le Texas a toujours été gâté en la matière. Cet Etat de près de 30 millions d'habitants, le plus peuplé derrière la Californie, abrite les principales réserves de pétrole du pays. Et en tant que premier producteur mondial de pétrole, les Etats-Unis ont toujours compté dessus.

Mais cette bénédiction venue du sol s'est muée en "malédiction" lors des phases de crises. Le terme, utilisé également pour certains pays africains, caractérise la dépendance d'une région à une matière première abondante, la dissuadant de miser sur d'autres pans de son économie, pour le meilleur comme pour le pire.

La dernière crise texane remonte à 2014, lorsque les cours sont passés de 107 à 44 dollars en six mois, amenant son lot de plans de licenciements.

Les dégâts ont été ressentis à toutes les échelles. "Nous avons dû changer notre modèle car il ne devenait plus rentable de travailler là où trop de personnes cherchaient du travail", se souvient A.J. Mahmoud, dirigeant de l'antenne de Houston du cabinet de recrutement Michael Page. L'énergie captait 95% des emplois proposés par le cabinet au Texas il y a encore quelques années contre 5% à l'échelle mondiale.

Le groupe s'est depuis focalisé sur la construction et l'immobilier. En parallèle, la part de l'énergie dans la croissance du Texas s'est nettement réduite: de 13,4% au deuxième trimestre 2014, elle est passée à 8,5% au quatrième trimestre 2018.

Bien qu'elle se trouve à des milliers de kilomètres de la Silicon Valley, Houston et son agglomération de près de sept millions d'habitants, son port international ont également fait une incursion remarquée dans la tech.

- Innovation -

Station Houston, un centre ultra-moderne de 2.300 mètres carrés ouvert il y a trois ans en plein centre-ville est devenu l'un des symboles de ce renouveau.

A l'intérieur, les dirigeants de 180 entreprises en herbe viennent écouter les conseils de "mentors" (partenaires), discuter avec des investisseurs ou se former. Tout cela entourés des couleurs criardes et des larges "open space", typiques de ce genre de lieu, en plein coeur de l'Innovation District, un quartier symbolique des espoirs de conquête des autorités locales dans la nouvelle économie.

"Notre mission c'est de transformer Houston en capitale mondiale de la tech", s'enflamme Payal Patel, la directrice du développement.

Mais la bataille est loin d'être gagnée: les trois plus grandes villes texanes, Austin, Dallas et Houston, font pâle figure dans les classements des métropoles américaines qui attirent le plus d'investissements pour les startups, loin derrière les mastodontes San Francisco et New York.

De plus, malgré les appareils dernier cri et tous les symboles de modernité de Station Houston, la vieille industrie n'est jamais bien loin: 40% des startups sont liées à l'énergie, et le centre a pu compter à sa création sur le soutien du géant ExxonMobil.

Il n'empêche, "Houston s'est éloignée de sa +malédiction du pétrole+", soutient Andy Lipow, stratégiste pour la société d'investissements Lipow Oil Associates. "Si les cours dégringolent sous les 30 dollars, Houston sera à nouveau touchée, sans aucun doute. Mais plus au niveau de ce que l'on a connu."

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
Océans: en vue du G20, Tokyo affiche des mesures contre la pollution plastique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.090 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.