ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 23 Octobre 2019

SCIENCE - Publié le 29/05/2019 à 21:08


La fin de Néandertal expliquée par une baisse de la fécondité


AFP

Une baisse légère de la fécondité des jeunes femmes néandertaliennes sur des milliers d'années parviendrait à expliquer la disparition de cette ancienne espèce humaine, selon une étude parue mercredi dans la revue scientifique PLOS ONE.

Les hommes et femmes de Néandertal ont vécu en Europe entre 400 000 et 40 000 ans avant notre époque, et leur disparition a coïncidé avec l'arrivée d'Homo sapiens (notre espèce).

Mais les raisons de l'extinction restent une énigme : massacres par sapiens? Epidémies? Ou affaiblissement progressif face à un sapiens plus malin et accaparant plus de ressources?

Des chercheurs du CNRS ont développé un modèle mathématique simple pour simuler des scénarios capables de mener à la disparition des humains néandertaliens en 10 000 ans ou moins, ce qui est la durée pendant laquelle les scientifiques pensent que le déclin s'est produit.

En faisant varier les paramètres et en intégrant le peu de choses qu'on sait sur ces anciens humains, les auteurs concluent que certaines hypothèses ne sont pas vraisemblables : par exemple, une augmentation de la mortalité infantile ou adulte liée à des conflits ou des épidémies : «Cela porte à une disparition trop rapide de la population néandertalienne!» indique Silvana Condemi, anthropologue à l'Université d'Aix-Marseille, et coauteure de l'étude.

«En revanche, une très légère baisse de fertilité mais exclusivement pour les femmes les plus jeunes (moins de 20 ans) permet d'obtenir la disparition de la population dans les temps connus», poursuit-elle. «Cette baisse de la fertilité est très faible mais elle est suffisante sur un temps long pour faire disparaître Néandertal.»

Peut-être que l'arrivée d'Homo sapiens a conduit à une très progressive pression sur la nourriture disponible pour les néandertaliens. «Une réduction de la nourriture, donc de calories, est préjudiciable pour les grossesses», dit Silvana Condemi.

Mais c'est là la limite de ces travaux : les chercheurs insistent qu'ils parviennent à expliquer le «comment», mais pas le «pourquoi». Tant que les fossiles de cette époque restent rares, les scientifiques en resteront aux hypothèses pour expliquer pourquoi les jeunes femmes néandertaliennes ont commencé à faire moins de bébés.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Veaux, vaches, cochons aux gènes édités? Entre grandes promesses et sérieux écueils
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
Du Big Bang aux exoplanètes: le Nobel de physique à deux Suisses et un Canado-Américain
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Les bébés préhistoriques buvaient du lait animal dans des biberons en céramique
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Les squelettes surnommés les amants de Modène étaient deux hommes
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
Découverte de centaines d'empreintes de pas de Néandertaliens sur une plage normande
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
La chasse aux rumeurs, enjeu vital de la lutte contre Ebola en RDC
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.