ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 03/06/2019 à 00:50


L'intelligence artificielle bat enfin les humains dans un jeu multijoueur


AFP

C'est officiel: les machines vont vous détruire. En tout cas si vous êtes un professionnel du jeu vidéo.

Une équipe de programmeurs d'une société d'intelligence artificielle britannique a formé des "agents" autonomes à un jeu de tir à la première personne multijoueur, qui sont devenus si bons qu'ils ont battu des humains, une première.

L'exploit a valu à l'équipe de DeepMind, filiale de la maison-mère de Google, Alphabet, une publication dans la très cotée revue Science jeudi.

Jusqu'ici, les ordinateurs avaient battu les humains dans des jeux, mais en face-à-face, un contre un: Deep Blue a battu Garry Kasparov aux échecs en 1997, et AlphaGo de Google a battu le grand maître sud-coréen du jeu de go Lee Se-Dol en 2016.

Les jeux multijoueurs étaient une toute autre affaire, car ils requièrent une compétence humaine complexe: la coopération et le travail en équipe, dans des environnements complexes.

Les programmeurs, menés par Max Jaderberg, ont utilisé une version modifiée de l'illustre jeu Quake III Arena, sorti pour la première fois en 1999 et qui reste populaire dans le monde de l'esport.

Le mode choisi était "Capture the Flag", ou capture du drapeau. Les joueurs doivent saisir le drapeau de l'équipe adverse tout en protégeant le leur. Cela les oblige à attaquer et à défendre en même temps, ce qui requiert de la stratégie.

Les agents se sont entraînés seuls sur le jeu, puis ils ont affronté des testeurs professionnels de jeux vidéos (humains).

"Même après 12 heures de pratique, les testeurs humains ne réussissaient à gagner que 25% des parties contre l'équipe d'agents", rapportent les auteurs de l'étude.

La performance des machines est restée supérieure même lorsque leur temps de réaction a été ralenti au niveau humain.

Pas d'usage militaire

Pour former leurs agents autonomes, les programmeurs ont eu recours à ce qui s'appelle l'apprentissage par renforcement.

"Au départ, ils ne savaient rien du monde, et ils agissaient de façon complètement aléatoire, ils se cognaient dans tous les coins", explique Max Jaderberg à l'AFP.

Les programmeurs leur ont seulement donné un objectif: capturer le drapeau. Les agents ont dû développer leur propre système de récompense interne pour chaque action nécessaire à l'obtention du résultat.

Une autre innovation a consisté à entraîner plusieurs agents ensemble, et non séparément. Les chercheurs se sont rendu compte qu'ils progressaient beaucoup plus vite en groupe.

Les programmeurs ont aussi inculqué à leurs agents "deux vitesses de pensée", du nom du livre du psychologue et prix Nobel d'économie Daniel Kahneman.

"Une partie de l'agent réagit très vite et met à jour ses propres convictions très rapidement, tandis qu'une autre partie de l'agent les met à jour plus lentement. Ces deux types de convictions s'influencent mutuellement et façonnent la perception du monde de l'agent", explique Max Jaderberg.

L'équipe de DeepMind préfère ne pas faire de commentaire quand on l'interroge sur d'éventuelles utilisations militaires de ce type d'intelligence artificielle.

DeepMind a déclaré comme principe de ne jamais travailler avec les secteurs militaire et de la surveillance. Le mot "tirer" n'apparaît même pas dans l'article publié dans Science (les auteurs préfèrent écrire que les agents pointent un laser sur leurs adversaires).

En revanche, conceptuellement, l'équipe imagine pouvoir utiliser ces intelligences artificielles pour résoudre des problèmes du monde réel, dit Max Jaderberg.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Un jeu vidéo conçu pour développer l'intelligence émotionnelle chez les adolescents
Les jeux vidéo de type Minecraft permettent-ils de doper la créativité ?
Près d'un Français sur deux estime que les médias véhiculent fréquemment des fausses informations
Facebook et YouTube s'engagent contre les remèdes miracles bidons
Et si les humains préféraient s'informer via des robots ?
L'intelligence artificielle bat enfin les humains dans un jeu multijoueur
L'intelligence artificielle et le big data à la rescousse des agriculteurs africains
Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein
D'ici 50 ans, il pourrait y avoir plus de profils de personnes décédées que vivantes sur Facebook
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.