ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 4 Juin 2020

SANTE - Publié le 03/06/2019 à 00:51


Des injections sous-cutanées dans un doigt pour renoncer à la cigarette testées près de Toulouse


AFP

Développée dans les années 70 par Robert Aboudaram, professeur en chirurgie maxillo-faciale, stomatologie et addictologie, la thérapie de sevrage tabagique par injection auriculaire sous-cutanée est l'aboutissement de plus de 30 ans de recherches.

Elle est expérimentée en France depuis plus d'un an par la société Edelweiss Laboratory SA qui a ouvert 3 "Stop Smoking Centers" en France, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), au Plateau d'Assy (Haute-Savoie) et à Castelmaurou (Haute-Garonne).

Le Dr Vincent Masetti, psychiatre addictologue et l'un des médecins référents des Stop Smoking Centers, chante les louanges d'une thérapie "efficace" et "innovante". "L'offre comprend une séance dont la technique est une sorte d'équivalent de l'acupuncture, avec en prime un parcours personnalisé pour le patient, encadré par des profesionnels de santé à son écoute", explique-t-il à Relaxnews.

Concrètement, le principe consiste à associer auriculothérapie et injections d'un produit phytothérapique. Composé de substances actives extraites de plantes telles que le tabacum, le passiflore et le nux vomica, le produit s'administre en une unique séance d'environ 10 minutes, à raison de 8 injections par oreille, localisées dans des points précis au niveau des pourtours de la paroi externe (hélix).

"L'intérêt de cette méthode est d'associer des élément connus indépendamment pour leur efficacité dans l'aide au sevrage tabagique et de les réunir dans un seul et même produit mais avec un dosage plus important", détaille le Dr Masetti.

Méthode "miracle" ?

L'intervention est "garantie" sans effets secondaires : "Nous contre-indiquons la thérapie en cas d'infection au niveau de l'oreille, de problématiques cutanées ou de pathologies cardiaques. Le seul cas observé d'effet secondaire jusqu'ici a été des nausées et des vomissements une semaine après les injections chez une patiente, mais son sevrage coïncidait avec l'arrêt de son traitement pour la douleur donc ne savons pas avec certitude ce qui les a provoqué", explique le Dr Masetti.

Une fois les injections réalisées, il est interdit au patient de conduire dans l'heure qui suit. Pendant les 10 jours suivants, la personne traitée devra boire 3 litres d'eau par jour et s'abstenir de consommer des substances pouvant inciter à fumer comme le café, le thé ou l'alcool.

Si les scientifiques ne disposent pas du recul nécessaire pour évaluer l'efficacité de cette méthode en termes de statistiques, l'expérience médicale sur le terrain a convaincu le Dr Masetti : "Cette méthode fait effet à long terme alors que les produits injectés agissent pendant 2-3 jours. En tant que psychiatre, je ne pourrai pas expliquer avec certitude pourquoi cela marche. Pourtant, je constate que c'est le cas. Avec 18 mois de recul et sur un échantillon de dix patients, j'en ai 2-3 qui n'ont jamais retouché à une cigarette et 4-5 qui ont encore envie de fumer de temps en temps mais qui arrivent à gérer le sevrage. Pour les autres, c'est assez dur, il y a des rechutes. Mais globalement, les résultats sont plutôt satisfaisants."

149 euros la séance

Pratiquée dans certains cabinets médicaux en France depuis ces dernières années, la thérapie est désormais exclusivement disponible dans les trois cliniques d'EdelWeiss Laboratory SA et le patient devra consacrer une demi-journée à la thérapie. Un site lui permet d'identifier le centre le plus proche de chez lui, de remplir un questionnaire et de prendre rendez-vous en ligne.

"Il faut compter une matinée entière pour que le patient ne soit pas stressé. On lui laisse le temps d'arriver sur les lieux, de fumer une dernière cigarette s'il le souhaite. C'est une démarche un peu particulière, différente d'un simple rendez-vous chez le médecin", précise Jean-Marie de Saint Ange, porte-parole d'Edelweiss Laboratory SA.

Au total, le tarif pour bénéficier de l'ensemble des soins est fixé à 149 euros, sachant qu'aucun remboursement n'est prévu par la sécurité sociale ou les mutuelles. Les éventuels dépenses liées aux déplacement pour ceux et celles qui vivent dans les régions dépourvus des centres ne font pas non plus l'objet d'un défraiement. "Le flux supplémentaire généré par une offre remboursable risquerait de saturer les demandes et nous préférons offrir un soin de qualités aux patients", justifie Jean-Marie de Saint Ange.

Selon des chiffres du dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France dévoilé mardi 29 mai, la cigarette est responsable d'un décès sur huit en France, soit 75 000 en 2015.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
Une maladie peut-être liée au coronavirus touche des enfants au Royaume-Uni
Une étude suggère que le Covid-19 ne serait pas sexuellement transmissible
Coronavirus: une vacherie qui réserve des surprises
Deux chats malades du coronavirus à New York
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.040 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.