ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 19 Juin 2019

SANTE - Publié le 03/06/2019 à 01:09


Cancer du sein: un nouveau type de traitement augmente le taux de survie


AFP

Un nouveau type de traitement permet d'améliorer considérablement le taux de survie des femmes de moins de 60 ans souffrant du type le plus courant de cancer du sein, ont annoncé samedi des chercheurs à Chicago, en présentant les résultats d'un essai clinique international.

Ces recherches montrent qu'ajouter un inhibiteur du cycle cellulaire, le ribociclib, au traitement permet de pousser le taux de survie jusqu'à 70%, après trois ans et demi.

Le taux de mortalité chez les patientes ayant reçu ce traitement a été de 29% moins élevé que chez celles n'ayant reçu qu'un placebo, selon les résultats présentés lors de la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui réunit ce week-end des spécialistes internationaux du cancer.

L'étude s'est concentrée sur des patientes souffrant d'un cancer du sein hormonodépendant, qui représente deux tiers de tous les cas de cancer du sein chez les femmes avant la ménopause, a expliqué à l'AFP l'auteure principale de ces travaux, Sara Hurvitz.

Ces patientes reçoivent d'ordinaire des traitements visant à bloquer la production d'oestrogènes.

Ce nouveau traitement fonctionne en agissant sur les kinases dépendantes des cyclines (CDK), des enzymes qui jouent le rôle de moteur et d'interrupteurs du cycle cellulaire.

"On peut en fait obtenir une meilleure réponse (...), ou mieux tuer le cancer, en ajoutant l'un de ces inhibiteurs de cycle cellulaire" en plus d'une hormonothérapie, a-t-elle ajouté.

Ce traitement est moins toxique qu'une chimiothérapie traditionnelle car il cible plus spécifiquement les cellules cancéreuses, en les empêchant de se multiplier.

- "Etude importante" -

L'essai clinique se base sur plus de 670 cas, concernant uniquement des femmes de moins de 59 ans qui étaient à un stade avancé du cancer --stade 4-- et qui n'avaient pas reçu auparavant de traitement anti-hormonal.

"Il s'agit de patientes qui reçoivent en général leur diagnostic à un stade plus avancé de leur maladie car nous n'avons pas d'excellents protocoles de détection chez les femmes plus jeunes", a précisé Mme Hurvitz.

D'après Harold Burstein, un oncologue qui n'a pas pris part à ces recherches, il s'agit bien d'une "étude importante" puisqu'elle démontre que réguler le cycle cellulaire "se traduit par une amélioration notable" du taux de survie.

Harold Burstein travaille à l'institut américain Dana-Farber Cancer Institute à Boston.

Le traitement est administré par comprimé pendant 21 jours, suivi d'une pause de sept jours destinée à laisser le temps à l'organisme de se remettre, puisque deux tiers des patientes enregistrent une baisse, de modérée à sévère, du niveau de globules blancs.

Un traitement de 28 jours coûte 12.553 dollars, a indiqué Jamie Bennett, une porte-parole des laboratoires Novartis qui le commercialisent sous le nom Kisqali et ont financé cette étude.

Mais "la majorité des patients disposant d'une assurance privée aux Etats-Unis ne payeront rien", a-t-elle ajouté.

Quelque 268.000 nouveaux cas devraient être détectés aux Etats-Unis en 2019, sur une population de plus de 320 millions d'habitants. La forme la plus avancé de cette maladie est la première cause de décès liés au cancer chez les femmes âgées d'entre 20 et 59 ans.

Bien que le stade avancé de cancer du sein soit moins commun chez les femmes avant la ménopause, sa fréquence a progressé de 2% chaque année entre 1978 et 2008 chez les Américaines âgées de 20 à 39 ans, selon une précédente étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Réduire sa consommation de viande au quotidien pourrait allonger l'espérance de vie
Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé
Les chauves-souris, première cause de cas mortels de rage humaine aux États-Unis
Deux expressos contre une maladie orpheline, c'est fort de café
L'activité physique dès l'âge de 3 ans préserve la santé cardiovasculaire des enfants
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
La narcolepsie boosterait la créativité
Maladie de Lyme: 13 ans de controverses
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.090 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.