ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 19 Juin 2019

SEXO - Publié le 08/06/2019 à 01:56


Le manque de sommeil chez les ados pourrait encourager les rapports sexuels non protégés


AFP

Des chercheurs de l'American Psychological Asssociation soulignent l'éventualité d'un lien entre une mauvaise qualité de sommeil et l'augmentation des comportements sexuels à risque chez les adolescents. 

Alors que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a dévoilé un rapport alarmant sur le nombre d'infections sexuellement transmissibles (plus d'un million de nouveaux cas dans le monde chaque jour) jeudi, une étude américaine publiée cette semaine dans la revue Health Psychology démontre que les adolescents qui dorment peu sont plus susceptibles d'avoir des rapports sexuels non protégés.

Dirigée par l'American Psychological Association, l'étude a interrogé 1.850 adolescents et jeunes adultes de diverses origines raciales et ethniques originaires de Californie du Sud. Les données ont été recueillies à quatre reprises entre 2013 et 2017. Les participants étaient âgés en moyenne de 16 ans en 2013 et 19 ans en 2017.

Les adolescents ont communiqué leurs horaires de sommeil en semaine et le week-end, en précisant à chaque fois s'ils avaient eu (ou non) des difficultés à dormir au cours des quatre semaines précédant l'enquête. Ils ont également indiqué s'ils consommaient de l'alcool, de la marijuana ou d'autres drogues juste avant d'avoir un rapport sexuel, et s'ils utilisaient des préservatifs.

"Dans l'ensemble, les adolescents n'obtiennent pas les huit à dix heures de sommeil recommandées par nuit", souligne Wendy M. Troxel, spécialiste en comportement et en sciences sociales et autrice principale du rapport. Cet aspect peut s'avérer problématique dans la mesure où, comme l'expliquent les chercheurs, "le manque de sommeil peut augmenter les risques sexuels en compromettant la prise de décision et en influençant l'impulsivité."

Dormir davantage le week-end réduirait les comportements sexuels à risque

L'étude révèle en effet qu'en moyenne, les adolescents qui dorment fréquemment moins de huit heures par nuit sont deux fois plus susceptibles de consommer des drogues et de l'alcool et de ne pas se protéger lors d'un rapport sexuel, comparé à ceux qui dorment 3,5 heures de plus le week-end.

Bien que cette enquête n'ait pas permis d'établir un lien direct entre la qualité du sommeil et les comportements sexuels, elle s'ajoute à un nombre croissant de recherches sur le rôle potentiel des troubles du sommeil et des comportements à risque chez les adolescents.

"La prise de risques sexuels à l'adolescence pose de graves problèmes de santé, comme le risque accru de contracter des infections sexuellement transmissibles, dont le VIH", alerte Wendy Troxel, qui insiste sur l'importance pour les adolescents d'entretenir un sommeil suffisamment long et de qualité. Pour la chercheuse, retarder l'heure des premiers cours du matin pourrait être l'une des solutions. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
Le manque de sommeil chez les ados pourrait encourager les rapports sexuels non protégés
Les adolescentes LBGT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues
Don de sperme: des personnalités demandent la fin de l'anonymat
Deux Français sur trois ont déjà eu des troubles de l'érection, mais la plupart ne consulte pas
Des chercheurs norvégiens ont analysé la santé sexuelle des couples longue durée
Opérations du pénis : le jeu n'en vaut pas la chandelle
Développer l'urinoir féminin, un enjeu d'égalité et de sécurité pour les femmes
Brunei instaure la lapidation pour punir les relations homosexuelles
Les jeunes Américains en mal de sexe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.