ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 26 Mai 2020

SANTE - Publié le 08/06/2019 à 02:11


La cigarette influerait peu, voire pas du tout, sur la longueur des télomères


AFP

Une nouvelle étude anglaise montre que le fait de fumer des cigarettes ne raccourcit pas la longueur des télomères, considérés comme les marqueurs de notre âge biologique. 

Les télomères correspondent à des petits bouts d'ADN situés à l'extrémité des chromosomes. La littérature scientifique consacrée à ce sujet montre qu'un raccourcissement des télomères peut provoquer un vieillissement des cellules et que la variation de la taille des télomères est étroitement liée à notre mode de vie. Or, cette étude publiée dans le journal de la Royal Society, Open Science Today montre que même si les fumeurs ont effectivement des télomères plus courts, rien ne prouve que le tabagisme est responsable de ce phénomène.

Pour arriver à cette conclusion, des scientifiques de l'université de Newcastle (Angleterre) ont passé 18 études longitudinales en revue, réalisées dans plusieurs pays du monde sur 12.579 adultes âgés entre 26 et 80 ans (4.678 fumeurs réguliers et 7.901 non-fumeurs). La variation de la longueur des télomères des participants a été mesurée lors d'une période d'environ 8,6 ans, à partir d'échantillons de sang prélevés au début et à la fin du suivi. 

Des biomarqueurs statiques ?

Les recherches supposent également que la longueur du télomère adulte devrait être réinterprétée comme un biomarqueur statique qui change relativement peu au cours de la vie adulte. "La mesure des changements dans la longueur des télomères adultes peut être moins utile qu'on ne le pensait auparavant pour identifier les comportements à risque et pour surveiller les conséquences liées aux changements de certaines habitudes de vie", explique Melissa Bateson, professeure à la Faculté des sciences médicales de l'Université de Newcastle et autrice principale de l'étude.

Mais dans ce cas, comment expliquer que les fumeurs présentent des télomères plus courts que les autres ? L'équipe de chercheurs supposent que l'exposition à certaines formes d'adversité au début de la vie, telles que la violence physique et/ou psychologique, pourrait représenter une troisième variable. Des recherches supplémentaires vont être réalisées par l'équipe de scientifiques afin d'étayer cette théorie. 

"Plus généralement, les résultats soulignent la nécessité de faire preuve de prudence dans l'interprétation des données corrélationnelles. Ce n'est pas nécessairement parce que deux variables sont corrélées que l'une est la cause de l'autre", souligne la Pre Bateson. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
Une maladie peut-être liée au coronavirus touche des enfants au Royaume-Uni
Une étude suggère que le Covid-19 ne serait pas sexuellement transmissible
Coronavirus: une vacherie qui réserve des surprises
Deux chats malades du coronavirus à New York
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.