ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

PLANETE - Publié le 08/06/2019 à 02:21


L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques


AFP

Réchauffement, acidification, zones mortes... L'océan est une des premières victimes des émissions de CO2, mais il nous en protège aussi en l'absorbant, un rôle vital que ses défenseurs espèrent enfin voir pris en compte dans les politiques climat.

« Nous avons une vraie opportunité dans les 18 mois qui viennent de faire quelque chose pour les océans », estime Dan Laffoley, de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Et pas seulement contre la pollution aux plastiques ou la surpêche, cibles régulières des campagnes de protection des mers.

L'année 2019 sera ainsi marquée par la publication en septembre d'un rapport spécial du groupe d'experts de l'ONU sur le climat (GIEC) consacré aux océans.

Un rapport qui « devrait être plutôt sombre », prédit Lisa Speer, de l'ONG américaine Natural Resources Defense Council, à la veille de la Journée mondiale de l'océan du 8 juin.

La hausse du niveau de la mer, variable selon les régions, a déjà été en moyenne de 20 cm au XXe siècle et il monte d'environ 3,3 mm par an, rythme qui semble s'accélérer. Le rapport du GIEC de 2014 tablait sur une augmentation au pire d'un mètre d'ici la fin du siècle par rapport à 1986-2005. Mais une récente étude scientifique évoque plus d'un mètre, et ce, même si l'humanité parvient à limiter le réchauffement à +2 °C, objectif minimal de l'accord de Paris.

Et les constats sont tout aussi alarmants pour d'autres marqueurs que Dan Laffoley décrit comme les « quatre cavaliers de l'Apocalypse » : le réchauffement de la surface, celui de l'océan dans son ensemble, l'accélération de l'acidification néfaste notamment pour les coraux, et les « zones mortes » où le trop faible taux d'oxygène empêche la vie marine.

« Nous, scientifiques, sommes interloqués par l'ampleur, l'intensité et la rapidité du changement », insiste-t-il.

Tout ça parce que l'océan a absorbé environ 30 % des émissions de CO2 générées par l'homme et plus de 90 % de la chaleur supplémentaire créée par ces émissions, limitant les conséquences pour l'humanité.

« Mais il y a une limite à cela », mettait en garde récemment Peter Thomson, envoyé spécial pour le climat du secrétaire général de l'ONU, insistant sur le rôle de poumon que l'océan joue, avec les forêts.

« Une respiration sur deux provient d'oxygène produit par l'océan. Alors il est temps pour nous de faire des changements radicaux », ajoutait-il.  

Les défenseurs des océans espèrent que l'alerte probablement lancée par le GIEC en septembre fasse prendre conscience du lien inextricable entre mer et climat.

« Gagnant-gagnant-gagnant »

Et dans la même optique, le président chilien Sebastian Pinera voudrait que la 25e conférence de l'ONU sur le climat (COP25) que son pays présidera en décembre à Santiago « reste dans les mémoires comme la COP bleue ».

Mais comment traduire cette volonté politique dans les actes ?

Il faut que les pays « introduisent des mesures relatives à l'océan dans leurs engagements nationaux », plaide Raphaël Cuvelier, de la Fondation Prince Albert II de Monaco, en référence au fait que les signataires de l'accord de Paris doivent préparer pour 2020 une révision de leurs engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

« Travailler à la préservation et la valorisation des écosystèmes marins, c'est travailler pour le climat », insiste-t-il.  

Concrètement, ONG et scientifiques réclament l'extension rapide du réseau mondial d'aires marines protégées.  

Elles « peuvent redonner la vie à certaines parties de la mer en quelques décennies [...] et inverser la tendance. Nous pouvons contrer les changements provoqués par le réchauffement climatique », assure Callum Roberts, océanographe à l'université de York.

Certains mettent également en avant l'importance du « carbone bleu », concept désignant la capacité d'absorber le CO2 de certains écosystèmes côtiers comme les mangroves.

« On y trouve des synergies importantes entre l'atténuation du changement climatique - avec le stockage de carbone - et l'adaptation, vu l'importance des mangroves pour protéger contre les tempêtes et la montée des niveaux des mers, et pour la biodiversité », souligne une source diplomatique.  

« C'est un potentiel gagnant-gagnant-gagnant », poursuit-elle, estimant que cela pourrait être un « axe intéressant » dans la perspective de révision des engagements des États.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
Le short biomécanique, un grand pas vers le sprint du futur
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet sur un an
Au Mexique, le cactus pour produire du plastique ?
Juillet 2019, le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde
L'homme au défi de nourrir 10 milliards de personnes sans ravager la planète
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.