ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

SCIENCE - Publié le 12/06/2019 à 20:51


Les poissons aussi ont des chagrins d'amour


AFP

Il ne mesure que quelques centimètres mais il a parfois le coeur gros : un poisson tropical éprouve un « chagrin d'amour » lorsque qu'il est séparé de sa moitié, assurent des chercheurs en s'appuyant sur un test de comportement permettant de mesurer le pessimisme de l'animal.

Le cichlidé zébré, dont le nom scientifique est Amatitlania siquia, est un petit poisson monogame qui forme des couples stables dans le temps. Les deux partenaires construisent ensemble le nid et s'occupent de façon coordonnée des oeufs et de l'élevage des alevins.

« Pour accéder à l'état émotionnel de ces poissons de manière objective sans projeter d'anthropomorphisme dans l'analyse, nous avons recouru au test du biais du jugement », utilisé aussi sur l'homme, déclare à l'AFP François-Xavier Dechaume-Moncharmont, enseignant en comportement animal à l'Université de Bourgogne à Dijon (France).  

Grâce à ce test, utilisé pour la première fois sur un poisson, les chercheurs sont parvenus à montrer que lorsqu'une femelle était séparée de son partenaire, elle devenait « pessimiste ».

Il s'agit de « la première démonstration d'un attachement émotionnel à son partenaire chez une espèce autre que l'espèce humaine », selon M. Dechaume-Moncharmont, co-auteur de l'étude, publiée mercredi dans Proceedings of Royal Society B.

L'attachement émotionnel chez les oiseaux, qui sont souvent monogames contrairement aux poissons, n'a pas encore été exploré, précise ce chercheur CNRS qui travaille depuis une dizaine d'années sur le cichlidé zébré.

Pour mener leur expérience, les biologistes ont d'abord appris aux poissons à ouvrir des petites boîtes en soulevant le couvercle avec leur bouche.

Puis ils ont enseigné au cichlidé zébré à distinguer les boîtes recelant un appétissant ver de vase d'autres boîtes qui, elles, étaient vides, et cela grâce à la couleur du couvercle (noir ou blanc selon les cas). Les boîtes étaient posées soit à gauche soit à droite dans l'aquarium.

Alors que les poissons se précipitaient sur la boîte cachant un ver, ils mettaient plusieurs minutes à ouvrir celle qui n'avait rien.

« Boîte ambiguë »

Le test du biais du jugement a commencé lorsqu'on leur a proposé une « boîte ambiguë » avec un couvercle gris, intermédiaire entre le blanc et le noir, placée au milieu de l'aquarium.

« Les poissons optimistes vont penser qu'elle contient de la nourriture et ils vont ôter assez vite le couvercle. Alors que les pessimistes vont croire qu'il n'y a rien à manger et ils vont y aller lentement », indique le chercheur.

Pour tester l'attachement émotionnel de ces animaux, les scientifiques ont ensuite séparé les couples. « Nous avons montré que cela augmentait le pessimisme de la femelle », et cela très rapidement. La femelle mettait nettement plus de temps à s'intéresser à la boîte au couvercle gris que lorsque son mâle était dans l'aquarium.

Au bout de 48 heures, le mâle était remis dans l'aquarium où nageait sa femelle, dans un souci de bien-être animal.

Par la suite, l'équipe a mené le même type d'expérience sur les mâles. Les premiers résultats sont similaires.

L'équipe de chercheurs aimerait bien savoir combien de temps dure un chagrin d'amour chez ces petits poissons d'eau douce qui vivent notamment en Amérique centrale. Mais il faudrait les séparer longtemps, « ce qui pose des problèmes éthiques », note l'enseignant.

Au vu des résultats, « on peut imaginer que l'attachement émotionnel au partenaire est quelque chose d'utile au couple et qu'il présente un intérêt évolutif », estime-t-il.

Si il se révèle être un grand amoureux, le cichlidé zébré est aussi un petit poisson bagarreur, aux dents acérées. Soucieux de son territoire, il n'apprécie pas trop les autres espèces lorsque son aquarium est petit.   

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Kenya: sur les traces de Simbakubwa, dans le capharnaüm du musée de Nairobi
Nouvelle-Zélande : découverte des restes d'Hercule, un perroquet géant
Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
L'Égypte présente un sarcophage de Toutânkhamon en restauration
Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.