ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 18/06/2019 à 12:51


Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?


AFP

Une étude menée par des scientifiques français de l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière et de l'Hôpital de la Salpêtrière explore une piste pour un diagnostic précoce de la démence fronto-temporale, en étudiant le traitement des patients de certaines émotions spécifiques.

Les démences fronto-temporales (DFT) désignent un groupe de maladies neurodégénératives qui attaquent le lobe frontal et/ou temporal du cerveau et qui se manifestent le plus souvent par des troubles du langage et du comportement (apathie, repli sur soi, perte d'inhibition...).

Pour cette nouvelle étude publiée dans le Journal of Alzheimer's Disease, les auteurs se sont focalisés sur l'incapacité des patients DFT à réguler leurs émotions dites "morales", c'est-à-dire les expériences affectives favorisant la coopération et la cohésion de groupe (admiration, honte, pitié, etc). 

Les auteurs de l'étude ont soumis 22 patients DFT à des tests basés sur 42 scénarii différents impliquant des interactions humaines et des émotions morales, mélangées à d'autres sentiments dénués de valeur morale. Par exemple, il est possible de ressentir de l'admiration à la fois pour un acte altruiste et pour l'architecture d'un bâtiment. Dans les deux cas, l'émotion est identifiée comme de l'admiration, mais le contexte s'avère complètement différent.

Un marqueur précoce des DFT

Quinze patients Alzheimer et 45 personnes en bonne santé ont également pris part à l'expérience. Les résultats ont montré que le traitement des émotions morales était beaucoup plus altéré chez les patients DFT que ceux atteints d'Alzheimer et les participants en bonne santé. 

"Nos résultats confirment que les émotions en général sont altérées chez les patients DFT, en, particulier les émotions morales. Notre nouvel outil de test semble fournir un marqueur précoce, sensible et spécifique pour le diagnostic des DFT, tout en les distinguant de façon fiable de la maladie d'Alzheimer. Elle pourrait également être un marqueur pour d'autres maladies impliquant la rupture des émotions morales, par exemple pour les individus psychopathes", estime Marc Teichmann, co-auteur de l'étude. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.