ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 28/06/2019 à 15:36


Les femmes matinales pourraient avoir un risque plus faible de cancer du sein


AFP

Une vaste étude menée par une équipe internationale de chercheurs a montré que les lève-tôt pourraient enregistrer un risque moindre de développer un cancer du sein par rapport aux femmes qui seraient plus "du soir".

Cette étude, menée par des scientifiques britanniques, américains, français et norvégiens, a pris en compte des données concernant 180.216 femmes suivies de la cadre du UK Biobank (une étude comprenant les données génomiques de plus de 500.000 résidents du Royaume-Uni) et 228.951 femmes de l'étude Breast Cancer Association Consortium (BCAC).

En recourant à une technique appelée randomisation mendélienne (qui étudie des variantes génétiques pour voir si certains facteurs sont associés à un risque accru ou abaissé de maladie), les chercheurs ont analysé chez les femmes les variantes génétiques associées à trois traits de sommeil particuliers : une préférence pour le matin ou le soir (chronotype), la durée du sommeil et les insomnies. 

Comme la randomisation mendélienne donne des résultats plus fiables, si une association est trouvée, elle est plus susceptible de suggérer une relation directe.

Les résultats, repris par la revue The BMJ le 26 juin, ont montré des preuves cohérentes sur le fait qu'être matinale était associé à un risque plus faible de développer un cancer du sein, par rapport aux femmes moins matinales. 

Les chercheurs ont aussi noté des preuves suggestives sur le fait que les personnes qui dormaient plus longtemps que les 7 ou 8 heures recommandées pouvaient voir leur risque de développer la maladie augmenter, bien que les résultats n'étaient pas clairs sur les effets des insomnies sur le risque de cancer du sein.

Les scientifiques ont ajouté que les effets des habitudes de sommeil étaient susceptibles d'être moins importants que les effets d'autres facteurs bien connus du risque du cancer du sein, comme l'indice de masse corporelle ou la consommation d'alcool.

Ils ont aussi précisé que l'étude avait aussi ses limites, surtout du fait que les données sur le sommeil provenaient des dires des femmes et non d'outils de suivi, et que les femmes étudiées étaient toutes d'origine européenne. Reste à savoir si cette étude pourra s'appliquer à d'autres groupes de personnes. Malgré ces limites, l'étude à de grandes forces comme le fait que les chercheurs ont recouru à plusieurs méthodes pour évaluer les données émanant de deux études très qualitatives.

Il a été montré par le passé que les femmes qui travaillaient de nuit pouvaient enregistrer un risque accru de cancer du sein, peut-être du fait que les horaires venaient chambouler leurs cycles de sommeil et qu'elles étaient exposées à de la lumière pendant la nuit.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.081 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.