ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 28/06/2019 à 15:43


Une baignade dans l'océan change le microbiome de la peau


AFP

Une baignade dans l'océan modifie complètement la communauté de bactéries à la surface de votre peau, démontre une nouvelle étude américaine, mais ces changements seraient essentiellement sans danger et surtout transitoires.

Des chercheurs de l'Université de la Californie à Irvine ont analysé les bactéries qui peuplaient la peau de neuf participants avant une baignade de dix minutes. De nouvelles analyses ont été effectuées après que les participants se soient séchés à l'air libre, après six heures et après 24 heures.

Les participants n'avaient pas utilisé d'écran solaire, ne s'étaient pas baignés au cours des 12 heures précédentes et n'avaient pas pris d'antibiotiques au cours des six derniers mois.

Les communautés de bactéries à la surface de leur peau étaient diversifiées avant la baignade. Mais en sortant de l'eau, ces communautés étaient très similaires les unes aux autres et complètement différentes de celles détectées avant la saucette.

La situation était toutefois transitoire : le microbiome avait commencé à reprendre sa composition initiale six heures après la baignade, et le processus était encore plus avancé au bout de 24 heures.

« C'est une étude intéressante à regarder, mais il n'y a probablement pas beaucoup d'impact à long terme dans la vie de tous les jours ou sur la façon dont on doit regarder les choses dans le futur », a commenté le microbiologiste Karl Weiss, de l'Hôpital général juif de Montréal.

Les chercheurs américains ont notamment détecté la présence sur tous les baigneurs de la bactérie vibrio, dont une souche cause le choléra. La bactérie était toujours présente sur tous les baigneurs après six heures, mais sur un seul d'entre eux au bout de 24 heures.

Cela n'a toutefois rien de vraiment inquiétant, assure le docteur Weiss.

« La classe des vibrio peut être problématique pour des patients très, très particuliers qui ont des maladies très, très particulières, a-t-il dit. Pour l'immense majorité des gens, ça ne cause pas vraiment de danger ou de problème particulier. »

Le même phénomène se produira lors d'une baignade dans une piscine ou dans un lac, poursuit-il, mais avec des bactéries différentes de celles qu'on retrouve dans l'océan. Même en présence d'une plaie ouverte, il n'y a aucune inquiétude à avoir, si le patient n'a pas d'autre problème de santé.

« Les gens n'ont aucun problème à aller se baigner cet été en pensant qu'en rentrant dans l'eau ça va modifier les bactéries de leur peau et que ça risque de leur causer des problèmes, a assuré le docteur Weiss. Le seul danger [...] est de faire attention aux choses habituelles comme le risque de noyade.

« C'est probablement beaucoup plus dangereux que les bactéries que vous risquez d'attraper et qui vont vous coloniser de façon très temporaire et qui vont disparaître par la suite. »

L'étude américaine a été présentée lors du congrès annuel de l'American Society for Microbiology.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.076 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.