ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

SCIENCE - Publié le 02/07/2019 à 14:01


2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi


AFP

La banquise de l'Antarctique, après s'être mystérieusement étendue pendant des décennies, se rétrécit à toute vitesse depuis 2014, année charnière pour le continent. Elle a perdu en quelques années une superficie équivalente à quatre fois la France.

« En trois ans seulement, l'Antarctique a perdu autant de banquise que l'Arctique » en 40 ans, dit à l'AFP Claire Parkinson, climatologue de la NASA, qui a publié lundi dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) une étude analysant les variations de la banquise antarctique de 1979 à 2018.

Les scientifiques savaient déjà que l'Antarctique fondait de plus en plus vite, tout comme l'Arctique, à cause du déversement accéléré des glaciers, ces rivières de glaces poussées lentement vers les rives.  

Mais pendant des décennies, ils observaient un phénomène à la fois rassurant et intriguant : la superficie de la banquise, c'est-à-dire la glace qui flotte sur l'océan, grandissait.

Claire Parkinson, au centre spatial Goddard de la NASA, près de Washington, a reconstitué l'histoire la plus précise de cette banquise antarctique, en reprenant et analysant les données de cinq satellites successifs de la NASA et du Pentagone, qui ne regardent pas les volumes mais seulement l'étendue, grâce à une mesure des rayonnements (micro-ondes) émis par la glace.

Bien sûr, la banquise fondait l'été (janvier-mars) et se reformait l'hiver (juillet-septembre). Mais la couverture avait tendance à grandir au fil du temps, dans toutes les saisons.

Il s'est passé quelque chose après 2014. Chaque année voit désormais moins de banquise se former - beaucoup moins.

En 2014, la banquise antarctique était à son maximum jamais enregistré depuis 1979. En 2017, elle était au minimum. La perte dépasse deux millions de kilomètres carrés. La tendance continue apparemment en 2019, dit la climatologue.

Diverses hypothèses

Les scientifiques ne savent pas pourquoi la banquise s'est étendue pendant si longtemps, ni pourquoi elle fond aujourd'hui.

Des hypothèses rivales existent, selon les chapelles scientifiques, qui prennent en compte le trou de la couche d'ozone, les vents, les courants ou la température des eaux profondes, mais aucune n'explique avec certitude le basculement de 2014.

« Aucune des hypothèses n'est bonne, selon moi », confie à l'AFP Douglas Martinson, océanographe à l'université Columbia, qui a participé au comité de lecture ayant validé l'article.

Il prévient que comparer Arctique et Antarctique revient à « comparer des pommes et des camions militaires ».

L'Arctique est un océan entouré de terres, tandis que l'Antarctique est un continent entouré d'océans, où les icebergs sont moins contraints.

Contrairement à l'Arctique, l'Antarctique ne se réchauffe pas, et reste l'endroit le plus froid de la planète. C'est la plus grande réserve d'eau douce de la Terre. Ses montagnes de glace contiennent un volume capable de faire monter le niveau des océans de 57 mètres, estimait une étude en 2013.

Chris Rapley, climatologue à l'University College de Londres, souligne que les gains initiaux de la banquise, avant 2014, ne contredisaient en rien le fait que la planète se réchauffait.

« Cela démontre seulement que dans un système complexe et interconnecté, des choses contre-intuitives peuvent se produire, en tout cas pendant un moment », écrit le chercheur.

« Nous avons tendance à chercher des explications simplistes de cause et d'effet, mais en réalité, la situation est bien plus compliquée et nuancée », conclut-il.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
La dépouille du philosophe Montaigne vraisemblablement découverte
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
A Herculanum, des techniques de pointe révèlent la splendeur de maisons antiques
Une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine
Aller sur la tombe de son maître ou garder son bébé mort... Quand les animaux font leur deuil
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.055 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.