ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 06/07/2019 à 01:04


Démoustication en Lot-et-Garonne après un cas de dengue


AFP

Une opération de démoustication du moustique tigre va être effectuée dans des communes du Lot-et-Garonne après la confirmation d'un cas de dengue chez une personne revenant d'un pays étranger, a annoncé vendredi la préfecture.

Un cas de dengue a été confirmé chez une personne ayant séjourné à Boé, Bon-Encontre et Pont-du-Casse où la présence de moustiques tigre, potentiellement vecteurs de cette maladie, a été démontrée, lit-on dans un communiqué.

Les zones concernées seront traitées de lundi à mercredi.

La préfecture rappelle que "si le moustique tigre pique une personne malade, il peut devenir porteur du virus et le transmettre à d'autres personnes par piqûre".

Le Lot-et-Garonne est depuis août 2012, classé en niveau 1 du plan national anti-dissémination du Chikungunya, de la dengue et du zika. Ce niveau signifie que l'implantation du moustique est confirmée et active, ajoute le communiqué.

La Dordogne a procédé mardi à une opération semblable autour de l'hôpital de Bergerac après le passage mi-juin d'un patient porteur de la dengue.

Le moustique tigre, qui peut également transmettre le chikungunya et le zika, est implanté dans plus de la moitié des départements, dont Paris.

La dengue se traduit par de fortes fièvres, des douleurs articulaires et de la fatigue. Dans un faible pourcentage de cas, elle peut être mortelle si elle prend une forme hémorragique ou se porte sur des organes vitaux.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.