ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 12 Novembre 2019

SANTE - Publié le 06/07/2019 à 01:05


L'obésité est principalement liée au mode de vie… mais c'est aussi une question d'ADN


AFP

Une méta-analyse montre que si la prise de poids est essentiellement causée par le manque d'activité physique et une alimentation peu équilibrée, la génétique a aussi son mot à dire.

Publiée dans The British Medical Journal, l'étude a examiné des recherches antérieures, dont une menée sur près de 119.000 adultes norvégiens âgés de 13 à 80 ans. Les participants ont accepté de se faire régulièrement mesurer leur tour de taille, en vue d'un calcul de leur indice de masse corporelle (IMC).

L'objectif était d'étudier les trajectoires de l'indice de masse corporelle (IMC) en Norvège sur presque cinq décennies (entre 1963 et 2008) et d'évaluer l'influence différentielle de l'environnement obésogène sur l'IMC selon la prédisposition génétique.

Les participants ont été divisés en cinq groupes en fonction de leur risque génétique d'obésité, classés par ordre décroissant. Leurs IMC ont été analysés avec d'autres facteurs influençant l'obésité, notamment l'âge, le sexe, les habitudes tabagiques et les facteurs environnementaux.

Premier constat : L'obésité a augmenté en Norvège entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990. Les jeunes adultes nés après 1970 présentaient un IMC beaucoup plus élevé que les générations précédentes.

Les recherches montrent également que l'IMC différait considérablement entre ceux qui étaient le plus génétiquement disposés à l'obésité et ceux pour qui le risque était le plus faible. Cette différence a augmenté graduellement à chaque décennie entre les années 1960 et les années 2000. 

"Cette étude démontre que les personnes génétiquement prédisposées courent un plus grand risque d'avoir un IMC plus élevé et que la prédisposition génétique interagit avec l'environnement obésogène (...) Mais l'IMC a également augmenté chez les personnes génétiquement non prédisposées, ce qui signifie que l'environnement demeure le principal facteur d'obésité", concluent les auteurs de l'étude. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
La congélation embryonnaire serait associée à un poids plus élevé à la naissance
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Beauté des ongles, mais risques pour la santé
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais pas forcément en bonne santé
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
A Herculanum, des techniques de pointe révèlent la splendeur de maisons antiques
Une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine
Le pirarucu, poisson géant d'Amazonie prisé par les gastronomes
L'oiseau le plus bruyant du monde crie pour trouver l'amour
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Polluants détectés chez les Français : quelles sources et quels dangers?
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.