ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

RECHERCHE - Publié le 06/07/2019 à 14:52


Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées


AFP

Des chercheurs aux États-Unis sont parvenus à éliminer durablement le VIH, le virus responsable du sida, chez certaines souris infectées grâce à une combinaison de techniques, une avancée toutefois très loin d'une possible application chez l'homme, selon une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

Les auteurs de l'étude (Prasanta K. Dash, Rafal Kaminski et Ramona Bella), qui travaillent à l'Université du Nebraska et à la Temple University de Philadelphie, ont combiné deux technologies de pointe pour tenter d'éradiquer le virus chez des souris de laboratoire.

Leur but était de lutter contre le phénomène de résurgence du VIH, car dans les thérapies actuelles faisant appel aux antirétroviraux, le virus reste contenu dans l'organisme sous forme latente, à divers endroits, et se réactive si le traitement s'interrompt, ce qui nécessite de le prendre à vie.

Les chercheurs ont eu d'abord recours à une forme de traitement antirétroviral à libération lente et à action prolongée, dite LASER ART (long-action slow-effective release antiviral therapy), et, dans un second temps, à la technique dite Crispr d'édition génétique.

Le traitement LASER ART a été administré sur plusieurs semaines de façon ciblée, pour chercher à réduire au minimum la réplication du virus, dans les zones de l'organisme considérées comme des « réservoirs » à VIH, c'est-à-dire des tissus où il reste normalement latent comme la moëlle épinière ou la rate.

Ensuite, pour retirer les dernières traces du VIH, les chercheurs ont fait appel à CRISPR-Cas9, un outil d'édition génétique (parfois surnommé « ciseaux génétiques ») qui permet d'ôter et de remplacer des parties indésirables du génome.

Une combinaison qui a permis d'éliminer le virus chez plus du tiers des souris ayant reçu ce double traitement, d'après les conclusions publiées par les trois chercheurs.  

Selon le résumé de l'étude, ces résultats « sont une démonstration de la faisabilité d'une élimination permanente du virus ».  

Mais la perspective d'une éventuelle application chez des patients humains est encore très éloignée. « C'est un premier pas important, vers un chemin beaucoup plus long pour l'éradication du virus », concluent ainsi les auteurs.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Alzheimer : des scientifiques tentent d'expliquer pourquoi la maladie touche plus les femmes que les hommes
Des chercheurs français identifient un mécanisme cellulaire impliqué dans les grossesses pathologiques
Des chercheurs français ouvrent la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques
La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons
Des chercheurs créent un logiciel pour prédire la performance des athlètes
Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées
L'exercice physique réduirait l'anxiété chez les seniors traités par chimiothérapie
Le cannabis peut-il remplacer les antidouleurs ?
La distribution des graisses dans le corps et le risque de maladies cardiaques sont-ils liés ?
La musique permettrait d'améliorer ses notes en maths et en sciences
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.