ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

RECHERCHE - Publié le 13/07/2019 à 14:25


La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons


AFP

Une équipe de chercheurs canadiens, suisses et britanniques a constaté que la pollution atmosphérique était à l'origine d'une altération accélérée de la fonction respiratoire et d'un risque accru de développement d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Les chercheurs se sont penchés sur le cas de 3 03. 887 individus âgés de 40 à 69 ans faisant partie de la cohorte UK Biobank, une étude au long cours qui repose sur les données génomiques d'un demi-million de résidents britanniques.

Dans le cadre de cette étude, les participants ont répondu à des questionnaires de santé et ont subi des tests respiratoires (spirométrie) pour mesurer la capacité pulmonaire.

Grâce à un modèle, les scientifiques ont également réalisé une estimation de l'exposition à la pollution (particules fines PM 10, PM 2,5 et dioxyde d'azote (NO2) des participants chez eux. Cette pollution étant le produit des énergies fossiles brûlées par les voitures et autres pots d'échappement, par les usines et le fruit d'émissions industrielles.

Les résultats publiés dans la revue European Respiratory Journal montrent que pour chaque augmentation annuelle moyenne de 5 microgrammes par mètre cube de PM 2,5 dans l'air respiré chez les participants, la détérioration de la fonction pulmonaire était équivalente aux effets de 2 ans de vieillissement.

Pour les participants vivant dans des zones particulièrement polluées, où la concentration de particules PM 2,5 se situe au-delà des normes préconisées par l'OMS (10 microgrammes par mètre cube (10 μg/m3), la présence de MPOC est 4 fois plus élevée que parmi les personnes exposées au tabagisme passif à la maison.

Si la fonction pulmonaire décline naturellement avec l'âge, la pollution aggraverait le processus de vieillissement. La MPOC, qui crée une inflammation des poumons et un rétrécissement des voies respiratoires, complique la respiration. C'est la troisième cause de mortalité dans le monde et les chercheurs craignent une hausse du nombre de morts liées à ces maladies dans les prochaines années. 

"Cette analyse de grande envergure, l'une des plus importantes à ce jour, nous permet d'affirmer que la pollution atmosphérique est directement liée à une altération de la fonction pulmonaire et à une prévalence accrue des MPOC. Nous avons constaté que les personnes exposées à une plus forte pollution témoignaient d'une altération équivalente à un an de vieillissement naturel", commente l'auteure de l'étude Anna Hansell.

"Plus inquiétant encore, la pollution semble avoir de plus sévères conséquences sur les ménages à faibles revenus. […] Cependant, de plus amples recherches sont nécessaires pour confirmer et étudier ce phénomène", poursuit-elle.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Comment la recherche nobélisée prolonge la vie de malades du cancer
Le recours au cannabis serait peu efficace pour réduire la consommation d'opioïdes chez les patients dépendants
Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.080 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.