ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

RECHERCHE - Publié le 13/07/2019 à 14:25


La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons


AFP

Une équipe de chercheurs canadiens, suisses et britanniques a constaté que la pollution atmosphérique était à l'origine d'une altération accélérée de la fonction respiratoire et d'un risque accru de développement d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Les chercheurs se sont penchés sur le cas de 3 03. 887 individus âgés de 40 à 69 ans faisant partie de la cohorte UK Biobank, une étude au long cours qui repose sur les données génomiques d'un demi-million de résidents britanniques.

Dans le cadre de cette étude, les participants ont répondu à des questionnaires de santé et ont subi des tests respiratoires (spirométrie) pour mesurer la capacité pulmonaire.

Grâce à un modèle, les scientifiques ont également réalisé une estimation de l'exposition à la pollution (particules fines PM 10, PM 2,5 et dioxyde d'azote (NO2) des participants chez eux. Cette pollution étant le produit des énergies fossiles brûlées par les voitures et autres pots d'échappement, par les usines et le fruit d'émissions industrielles.

Les résultats publiés dans la revue European Respiratory Journal montrent que pour chaque augmentation annuelle moyenne de 5 microgrammes par mètre cube de PM 2,5 dans l'air respiré chez les participants, la détérioration de la fonction pulmonaire était équivalente aux effets de 2 ans de vieillissement.

Pour les participants vivant dans des zones particulièrement polluées, où la concentration de particules PM 2,5 se situe au-delà des normes préconisées par l'OMS (10 microgrammes par mètre cube (10 μg/m3), la présence de MPOC est 4 fois plus élevée que parmi les personnes exposées au tabagisme passif à la maison.

Si la fonction pulmonaire décline naturellement avec l'âge, la pollution aggraverait le processus de vieillissement. La MPOC, qui crée une inflammation des poumons et un rétrécissement des voies respiratoires, complique la respiration. C'est la troisième cause de mortalité dans le monde et les chercheurs craignent une hausse du nombre de morts liées à ces maladies dans les prochaines années. 

"Cette analyse de grande envergure, l'une des plus importantes à ce jour, nous permet d'affirmer que la pollution atmosphérique est directement liée à une altération de la fonction pulmonaire et à une prévalence accrue des MPOC. Nous avons constaté que les personnes exposées à une plus forte pollution témoignaient d'une altération équivalente à un an de vieillissement naturel", commente l'auteure de l'étude Anna Hansell.

"Plus inquiétant encore, la pollution semble avoir de plus sévères conséquences sur les ménages à faibles revenus. […] Cependant, de plus amples recherches sont nécessaires pour confirmer et étudier ce phénomène", poursuit-elle.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation
Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Prescrire trop d'antibiotiques aux enfants pourrait leur faire plus de mal que de bien
Des scientifiques produisent une vodka de Tchernobyl non radioactive
Les lunettes de soleil à verres jaunes ne protégeraient pas les conducteurs nocturnes
Chez les filles, la puberté précoce favoriserait l'apparition des migraines
Offrir une large variété d'aliments type snacking aux enfants les incite à manger davantage
Prendre un bain chaud environ 90 minutes avant le coucher aiderait à mieux dormir
Une simple mèche de cheveux pour déceler la dépression chez les adolescents
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.