ACCUEIL | FLUX RSS Vendredi 25 Septembre 2020

SANTE - Publié le 13/07/2019 à 14:33


Les mouettes australiennes sont porteuses de superbactéries humaines


AFP

Les mouettes argentées australiennes sont porteuses de "superbactéries" résistantes aux antibiotiques qui pourraient éventuellement provoquer des infections graves chez les êtres humains, a-t-on appris mercredi auprès d'une équipe de chercheurs.

La publication de cette étude menée par une équipe dirigée par des scientifiques de l'Université Murdoch de Perth intervient au moment où l'Organisation mondiale de la santé sonne l'alarme sur les bactéries que les médicaments modernes ne parviennent plus à vaincre.

Environ 20% des mouettes argentées australiennes seraient infectées par des bactéries ultrarésistantes comme le E Coli, selon cette étude publiée cette semaine dans le Journal of Antimicrobial Chemotherapy.

Les chercheurs avancent que les oiseaux ont été infectés en entrant en contact avec des excréments humains, vraisemblablement par le biais des eaux d'égout ou de couches pour bébés abandonnées dans les décharges.

L'étude a porté sur 550 échantillons prélevés sur des mouettes argentées dans toute l'Australie et testés pour diverses bactéries.

"Ce que nous avons trouvé, et ce que nous ne nous attendions pas à trouver, ce sont ces hauts niveaux de E Coli résistants, c'était très inhabituel", a déclaré à l'AFP Mark O'Dea, de l'Université Murdoch.

"Un grand nombre de ces bactéries étaient en fait des clones humains, des bactéries humaines, les mouettes avaient été contaminées d'une manière ou d'une autre par les humains, ce n'était pas directement des bactéries de mouettes".

Les bactéries E Coli peuvent provoquer des infections urinaires, des méningites ou des septicémies.

L'OMS a averti que le monde allait manquer d'antibiotiques efficaces et l'an dernier, l'agence spécialisée de l'ONU a demandé aux Etats et aux grands groupes pharmaceutiques de créer une nouvelle génération de médicaments capables de lutter contre ces "superbactéries".

Mark O'Dea a expliqué que le risque de voir les mouettes infecter les humains était "plutôt minime" mais qu'il existait néanmoins. Certaines des bactéries détectées chez les oiseaux étaient résistantes "à des antibiotiques plutôt importants", a-t-il dit.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Envie de protéines? Mettez des sauterelles dans votre assiette
Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales
Le premier chien testé positif au coronavirus aux Etats-Unis est mort
Que se passe-t-il si vous mangez trop de fibres?
On sait maintenant d'où vient l'odeur de transpiration
Quatre cas de démence sur dix pourraient être évités ou retardés
Coronavirus: les pays nordiques, très rares îlots sans masque dans le monde
L'effet confinement se fait encore sentir chez les personnes sujettes au stress
Du hard seltzer bientôt à l'apéro... Mais c'est quoi ?
La vanille, le parfum de glace préféré des Français
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des robots de la taille d'un cheveu peuvent marcher à quatre pattes
Une bactérie pourrait survivre à un voyage interplanétaire
Planète bleue: une étude propose une nouvelle théorie sur l'origine de l'eau sur Terre
Un trou noir d'un nouveau type découvert par ondes gravitationnelles
En Suède, le succès grandissant des maisons miniatures Anonymouse
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.093 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.