ACCUEIL | FLUX RSS Vendredi 25 Septembre 2020

SANTE - Publié le 13/07/2019 à 14:33


Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées


AFP

De nouvelles recherches américaines ont montré que le stress psychosocial, qui sont les réactions émotionnelles et physiologiques ressenties face à un situation stressante, semblent être associé à une densité minérale osseuse (DMO) moindre chez les femmes post-ménopausées.

Cette étude, conjointement menée par des chercheurs des universités de l'Arizona, de Californie San Diego Los Angeles et Umm Al-Qura en Arabie Saoudite, a pris en compte des données émanant de 11.020 Américaines post-ménopausées, âgées de 50 à 79 ans.

En début d'étude, les chercheurs ont eu accès aux données concernant la densité osseuse des participantes, et leur ont demandé de répondre à des questionnaires sur leur stress psychosocial en lien avec les tensions sociales (un questionnaire qui mesure les interactions sociales négatives), le soutien social (qui mesure les relations positives), et le fonctionnement social (qui mesure les limites de l'activité sociale).

Ces trois mesures de stress psychosocial ainsi que la densité osseuse des femmes ont été mesurés à nouveau à l'occasion d'une visite de suivi, six ans plus tard.

Leurs résultats, repris en ligne par le Journal of Epidemiology & Community Health, ont montré qu'après avoir pris en compte les facteurs pouvant influencer les résultats (âge, poids, tabac, alcool, thérapie hormonale, âge de la ménopause et activité physique), un niveau élevé de stress social était associé à une moindre densité osseuse au cours des six années de l'étude.

Les scientifiques ont aussi trouvé qu'un niveau plus élevé de tensions sociales était associé à une plus grande perte de densité osseuse au niveau de la hanche, du bas du dos et du col du fémur, laissant penser que des relations sociales de mauvaise qualité pourraient être associées à une densité osseuse abaissée.

Les auteurs notent que le stress psychosocial pourrait altérer la densité osseuse du fait des changements hormonaux (notamment le cortisol, les hormones de la thyroïde, les hormones de croissance et les glucocorticoïdes). En réduisant ce type de stress et la pression en lien avec les relations néfastes on pourrait aussi limiter la perte de densité osseuse et réduire le nombre de fractures.

Des recherches précédentes avaient déjà montré que le stress psychosocial pouvait être associé aux fractures, cependant peu d'études ont enquêté sur les liens entre stress psychosocial et réduction de densité osseuse.

A propos de ces résultats, les auteurs ont noté que : "Nous avons identifié des facteurs de stress psychosociaux spécifiques concernant l'environnement social qui étaient associés à la perte osseuse."

"Nous avons trouvé que la perte osseuse figure parmi les réponses les plus fortes au stress physiologique en lien avec la qualité des relations sociales plus que leur quantité," et d'ajouter que  "les résultats encouragent des interventions sociales de la communauté pour réduire le stress chez les femmes post-ménopausées pour potentiellement limiter la perte osseuse".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Envie de protéines? Mettez des sauterelles dans votre assiette
Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales
Le premier chien testé positif au coronavirus aux Etats-Unis est mort
Que se passe-t-il si vous mangez trop de fibres?
On sait maintenant d'où vient l'odeur de transpiration
Quatre cas de démence sur dix pourraient être évités ou retardés
Coronavirus: les pays nordiques, très rares îlots sans masque dans le monde
L'effet confinement se fait encore sentir chez les personnes sujettes au stress
Du hard seltzer bientôt à l'apéro... Mais c'est quoi ?
La vanille, le parfum de glace préféré des Français
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des robots de la taille d'un cheveu peuvent marcher à quatre pattes
Une bactérie pourrait survivre à un voyage interplanétaire
Planète bleue: une étude propose une nouvelle théorie sur l'origine de l'eau sur Terre
Un trou noir d'un nouveau type découvert par ondes gravitationnelles
En Suède, le succès grandissant des maisons miniatures Anonymouse
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.093 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.