ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

PLANETE - Publié le 13/07/2019 à 15:45


Lagos s'enfonce dans les eaux


AFP

Conséquence du réchauffement climatique, les eaux continuent leur irrémédiable ascension. L'céan Atlantique avance sur les côtes de l'ouest du continent de 1 à 4 mètres par an, selon un rapport de la Banque Mondiale (BM, mars 2019), détruisant tout sur son passage.

Avec un coût considérable pour l'économie des pays concernés, souligne la BM. Rien que pour la Côte d'Ivoire - l'un des seuls pays objet d'une étude détaillée à ce sujet dans la région -, la dégradation du littoral a coûté « près de 2 milliards de dollars en 2017, soit l'équivalent de 4,9 % de son PIB ». À l'échelle du Nigeria, le géant économique de l'Afrique de l'Ouest, les pertes ne peuvent qu'être très supérieures.

Des investisseurs privés milliardaires dotés de forts soutiens politiques ont donc décidé, dès 2007, de construire « la Grande Muraille » de Lagos : une digue de 8,5 kilomètres, faite de quelque 100 000 blocs de béton et « construite pour durer 1000 ans », a été dressée pour protéger Victoria Island, le quartier huppé et coeur financier du pays.

« En 2005, la côte autour de Victoria Island était confrontée à un danger imminent », expliquent les développeurs du projet sur le site officiel. « La route côtière avait disparu sous la pression de l'eau [...], multipliant les inondations. De nombreux immeubles avaient été abandonnés », peut-on lire sur ce site.  

« Aujourd'hui, Lagos voit déjà les bénéfices de la Grande Muraille. Les routes autrefois inondées sont désormais praticables et les propriétés abandonnées ont été réinvesties », se réjouissent les développeurs, qui voient « dans ce mur déflecteur », « une grande fierté pour le Nigeria ».

Afrofuturiste

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Entre le mur et la côte, sur plus de 6,5 kilomètres carrés, les développeurs ont réensablé l'océan avec plus de 100 millions de tonnes de sable draguées des fonds de la mer pour fonder Eko Atlantic, quartier « afrofuturiste » d'où s'élèveront, ils le promettent, les plus hauts gratte-ciel du continent.

Lorsque le baril dépassait encore les 100 dollars et que la corruption et le blanchiment d'argent dictaient encore l'économie du Nigeria, il était facile de se prendre à rêver du « Dubaï de l'Afrique ». Mais aujourd'hui, la première économie d'Afrique se remet doucement de la terrible récession de 2016-17 et Eko Atlantic tourne au ralenti.

Pire, les Lagossiens commencent à ressentir les effets dévastateurs du projet sur le littoral des communautés environnantes. Les chercheurs et habitants des quartiers en aval d'Eko Atlantic affirment que la digue n'a fait que repousser la colère de l'océan ailleurs et aggraver le problème sur les autres quartiers.  

« Avant Eko, nous avions de la nature, des palmiers et des cocotiers », raconte à l'AFP Wasiu Elegushi, propriétaire historique des terres d'Alpha Beach, un quartier de la petite classe moyenne, à environ 12 km à l'est du projet de construction.  

La route d'Alpha Beach qui longeait la côte a disparu sous les vagues déferlantes de l'océan.

« Les propriétaires des terrains ont peur de construire quoi que ce soit ici », confie Bobby Isowshe, un vendeur de boissons sur la plage. « Ils ont peur de l'eau. »

Autrefois lieux de villégiature pour la classe moyenne de Lagos, les beaux appartements avec vue sur mer construits à Alpha Beach il y a un peu plus de dix ans ont été repris par les squatters. Une grande maison abandonnée est maintenant presque avalée par les dunes.

« L'eau a commencé à monter, monter [...]. Tout a été emporté », se désole M. Elegushi, qui affirme que « tout a commencé quand ils ont lancé Eko Atlantic ».

Mégalopole, mégaproblèmes

« Les conséquences du mur sur les marées étaient évidentes pour n'importe qui s'intéresse un tant soit peu à ce phénomène », estime Tunji Adejumo, professeur en Architecture urbaine et de l'environnement à l'Université de Lagos.  

« Cela démontre que les promoteurs n'avaient aucune considération » pour le reste de la côte, dénonce ce spécialiste.  

Eko Atlantic n'a pas donné suite aux questions de l'AFP.

Mais les problèmes soulevés par la construction de la Grande Muraille et par le projet de quartier « afro-futuriste » sont emblématiques d'un phénomène bien plus vaste : l'ensemble de Lagos, mégalopole construite autour d'une lagune, s'enfonce dans les eaux.

Les richissimes développeurs d'Eko Atlantic n'ont fait que copier les techniques utilisées depuis des décennies pour grignoter de l'espace sur les eaux de la lagune, afin de loger plus de 20 millions d'habitants - personne n'en connaît la taille exacte de Lagos de la mégalopole tentaculaire.

Coeur économique du Nigeria, Lagos est l'une des villes les plus dynamiques et les plus peuplées au monde. Mais les logements et les terrains constructibles manquent pour héberger les centaines de milliers de nouveaux arrivants dans la « capitale de la débrouille ».

Fissures et cratères marins

Pelletée de sable par pelletée de sable, des millions de tonnes de sable ont été draguées des eaux pour faire du béton et étendre la superficie de la mégalopole. La ville avance sur l'eau, mètre par mètre, défiant les éléments.

Mais autour de Lagos, les fonds de mer sont fissurés par autant de cratères qu'en compte la lune.

Une étude confidentielle réalisée par le gouvernement local et que l'AFP a pu consulter révèle que le fond marin est percé de trous atteignant 7 ou 8 mètres de profondeur, à 25 mètres de la côte. Les courants s'y engouffrent, gagnent en puissance et attaquent le littoral.

Et Lagos, construite au niveau de la mer, vacille.

Chaque saison des pluies, les inondations envahissent chaque année davantage le quartier de Lekki : un quartier tendance construit sur des marécages réensablés dans les années 1990. D'année en année, il s'enfonce un peu plus dans les eaux.

Chef Ede Dafinone, président de la Nigerian Conservation Foundation (NCF) a appelé les autorités à réagir en juillet dernier. « Plusieurs communautés ont déjà été emportées par les eaux », s'est alarmé l'environnementaliste. « Si rien n'est fait, Lagos sera submergée d'ici 2050. »

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet sur un an
Au Mexique, le cactus pour produire du plastique ?
Juillet 2019, le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde
L'homme au défi de nourrir 10 milliards de personnes sans ravager la planète
Alimentation, préservation du climat... Quels usages des terres pour demain?
Arctique: 200 rennes retrouvés morts de faim, le changement climatique pointé du doigt
L'Indonésie renvoie des conteneurs de déchets vers la France et Hong Kong
Au milieu du Pacifique, l'île Henderson, paradis perdu par le plastique
Rarissime photo d'un lion de mer tombant dans la gueule d'une baleine
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.065 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.