ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

SANTE - Publié le 17/07/2019 à 21:14


VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement


AFP

Une nouvelle étude montre que les personnes séropositives sont plus susceptibles de poursuivre leur traitement si le personnel médical qui les suit ne porte pas de jugement et implique le patient dans la prise de décision. 

Grâce au développement des traitements antirétroviraux, les personnes séropositives peuvent désormais vivre de nombreuses années avec le virus du sida et avec une charge de virus indétectable, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas le transmettre à d'autres personnes.

Mais la complexité de la maladie et le caractère invasif du traitement peuvent parfois décourager le patient. Sans compter que la peur de la stigmatisation les empêche souvent de commencer ou de poursuivre le traitement, soulignent des chercheurs de l'université Rutgers (New Jersey, Etats-Unis) qui ont réalisé une méta-analyse de 41 études publiées entre 1997 et 2017.

"Aujourd'hui, le VIH est considéré comme une maladie chronique que l'on peut traiter. Cependant, cette étude a révélé que de nombreux patients la perçoivent comme une condamnation à mort", déplore Andrea Norberg, autrice principale et directrice exécutive du Centre François-Xavier Bagnoud de l'École des sciences infirmières de Rutgers, qui fournit des soins aux personnes atteintes du VIH. 

Bannir le jargon médical

L'échantillon étudié comprenait 1.597 adultes vivant avec le VIH ainsi que des détails sur l'accompagnement fourni par différents prestataires de soins (médecins, infirmiers, pharmaciens). Toutes les personnes porteuses du virus étaient âgées de 18 à 65 ans. 

L'équipe d'Andrea Norberg a constaté que de nombreux patients étaient victimes de stigmatisation et d'un manque de compassion souvent fondé sur l'ignorance des prestataires de soins primaires au sujet du VIH et des risques de transmission. La mauvaise communication qui en résulte entre les prestataires de soins et les patients se traduit par le fait que de nombreux patients ne cherchent pas à recevoir un traitement. 

A l'inverse, les chercheurs ont constaté que les patients étaient plus enclins à suivre leur traitement lorsque leurs prestataires de soins primaires faisaient preuve d'empathie, d'écoute et de confiance. Le vocabulaire employé par les professionnels joue également un rôle important dans l'implication du patient, remarque Andrea Norberg.

"Les prestataires de soins devraient utiliser un langage commun, et non un jargon médical, pour éduquer les patients sur le VIH, les médicaments et la façon dont ils peuvent mener une vie saine. Les prestataires peuvent s'inscrire à une formation professionnelle pour améliorer leurs connaissances sur le VIH, utiliser les techniques d'entrevue motivationnelle et chercher des occasions d'apprentissage expérientiel, d'observation et de pratique en travaillant directement avec les patients atteints du VIH", conclut la chercheuse.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.060 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.