ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 12 Novembre 2019

RECHERCHE - Publié le 17/07/2019 à 21:16


Alzheimer : des scientifiques tentent d'expliquer pourquoi la maladie touche plus les femmes que les hommes


AFP

Des scientifiques américains ont étudié l'activité d'une protéine impliquée dans la maladie d'Alzheimer. Selon les chercheurs, la propagation accélérée de cette protéine dans le cerveau des femmes pourrait potentiellement expliquer pourquoi les diagnostics d'Alzheimer sont plus courants chez ces dernières que chez les hommes.

Pathologie entraînant la destruction des cellules nerveuses, la maladie d'Alzheimer touche davantage de femmes que d'hommes. En France, 60% des malades d'Alzheimer sont des femmes. Les raisons de cet écart restent difficiles à comprendre.

Des scientifiques américains ont présenté de nouveaux travaux qui pourraient éventuellement expliquer ce phénomène. Présentées lors de la Conférence internationale de l'Association Alzheimer qui se déroule du 14 au 18 juillet à Los Angeles, les recherches ont été dirigées par des scientifiques du centre de médecine cognitive de l'université Vanderbilt (Tennessee, Etats-Unis). 

Les chercheurs ont basé leur étude sur la protéine Tau, qui se propage de neurone en neurone et qui est impliquée dans le processus de destruction des tissus cérébraux chez les malades d'Alzheimer. A partir d'examens d'imagerie cérébrale, les chercheurs ont retracé le parcours de la protéine Tau chez 123 hommes et 178 femmes en bonne santé et 101 patients et 60 patientes souffrant de troubles cognitifs légers. 

Une accumulation de protéine Tau plus importante chez les femmes

"C'est un peu comme reconstituer une scène de crime. Vous n'étiez pas là quand c'est arrivé, mais vous pouvez déterminer où un intrus est entré dans une maison et dans quelle pièce il est entré ensuite. L'analyse graphique fait quelque chose de similaire pour montrer comment la protéine Tau se propage d'une région à l'autre", décrit Sepi Shokouhi, professeur adjoint de psychiatrie et des sciences du comportement et chercheur principal de l'étude.

L'étude montre que les femmes semblent présenter de meilleures connexions dans les zones du cerveau où la protéine Tau se propage, ce qui pourrait accélérer son accumulation et augmenter le risque d'Alzheimer. D'autres études sont toutefois nécessaires pour valider la théorie de propagation accélérée de la protéine Tau chez les femmes, soulignent les scientifiques.

"Les différences sexospécifiques dans l'organisation pathologique, neuroanatomique et fonctionnelle du cerveau peuvent se traduire par des différences au niveau neurocomportemental et cognitif, ce qui explique les différences dans la prévalence des troubles neurodégénératifs et nous aide à développer des traitements appropriés", explique Sepi Shokouhi.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
A Herculanum, des techniques de pointe révèlent la splendeur de maisons antiques
Une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine
Le pirarucu, poisson géant d'Amazonie prisé par les gastronomes
L'oiseau le plus bruyant du monde crie pour trouver l'amour
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Polluants détectés chez les Français : quelles sources et quels dangers?
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.