ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 20/07/2019 à 12:48


Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans


AFP

Aucun suspense cette fois-ci, mais des souvenirs toujours palpitants: il y a 50 ans jour pour jour samedi, les Américains Neil Armstrong et Buzz Aldrin se posaient sur la Lune, suivis à la télévision par un demi-milliard de Terriens.

L'heure exacte de l'alunissage du module lunaire, aussi appelé "LEM" et baptisé Eagle, fut 20H17 GMT le 20 juillet 1969.

Un peu plus de six heures plus tard, à 02H56 GMT - en pleine nuit en Europe, un lundi matin à 03H56 à l'époque en France - le commandant Armstrong posait le premier pied, le gauche, sur la Lune, et prononçait la célèbre phrase: "C'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité".

La Nasa est en surchauffe depuis des semaines pour célébrer l'anniversaire, avec quantité d'expositions et d'événements notamment dans les centres spatiaux de Floride (Kennedy) et de Houston au Texas (Johnson).

Samedi, faute de Donald Trump, c'est le vice-président Mike Pence qui prononcera un discours depuis le centre Kennedy, d'où décollèrent Armstrong, Aldrin et Michael Collins, le troisième coéquipier qui resta en orbite de la Lune. Tous sont nés en 1930.

Le dernier discours sur l'espace de Mike Pence, chargé par Donald Trump du dossier spatial, fit l'effet d'un électrochoc à la vieille agence: en mars, il avait subitement annoncé un raccourcissement de quatre ans du calendrier pour le retour d'astronautes sur la Lune, faisant passer la date-butoir de 2028 à 2024.

C'est dans ce contexte tendu, alors que Donald Trump lui-même dit à haute voix qu'il préférerait aller directement sur Mars, que se déroule l'anniversaire d'Apollo 11.

- Regard sur la Terre -

Malgré ses 88 ans, Michael Collins est le plus actif des vétérans d'Apollo, et le plus poétique lorsqu'il évoque ses souvenirs de la Lune.

"Quand nous sommes partis et l'avons vue, oh, quelle sphère imposante", a raconté l'ancien pilote et astronaute jeudi soir à Washington, lors d'une conférence à l'université George Washington.

"Le Soleil était derrière elle, donc elle était illuminée d'un cercle doré qui rendait les cratères vraiment étranges, en raison du contraste entre le plus blanc des blancs, et le plus noir des noirs".

"Aussi splendide et impressionnante fût-elle, ce n'était rien par rapport à ce qu'on voyait par l'autre hublot", a-t-il poursuivi. "Là-bas, se trouvait ce petit pois de la taille d'un pouce au bout de votre bras, une magnifique petite chose nichée dans le velours noir du reste de l'univers".

"J'ai dit au centre de contrôle: +Houston, je vois le monde dans mon hublot+".

C'est le message de Michael Collins, et de tant de ceux qui se sont arrachés à l'atmosphère terrestre: la conquête de l'espace change le regard des hommes sur la Terre.

Notre monde est "fragile", a martelé l'ancien astronaute.

Lui, par ailleurs, l'a dit à Donald Trump vendredi, lors d'une rencontre dans le Bureau ovale: il est favorable à une mission directe vers Mars, sans retourner sur la Lune.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
Il pourrait y avoir de la vie sur la Lune
Une planète potentiellement habitable découverte dans un nouveau système solaire
Inde : des villageois surpris par la chute d'une possible météorite
Une sonde indienne en route vers la Lune
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
Pour retourner sur la Lune, l'urgence de nouvelles combinaisons spatiales
Un composé présent dans le raisin pourrait renforcer les muscles des astronautes qui iront sur Mars
À 82 ans, Sue Finley, codeuse à la NASA, vise toujours les étoiles
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.