ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

SANTE - Publié le 01/08/2019 à 01:30


L'électrosensibilité, un syndrome controversé


Relaxnews

Maux de tête, problèmes de sommeil, nausées... Les électrosensibles assurent souffrir de nombreux troubles dus aux ondes et aux champs électromagnétiques, comme ceux du compteur Linky, mais la science n'a jamais prouvé l'existence de ce syndrome très controversé.

L'électrohypersensibilité (EHS) fait débat. D'un côté, une communauté médicale sceptique face à une supposée pathologie qui ne se définit que par l'autodéclaration des personnes qui disent en souffrir. De l'autre, des personnes qui mettent en avant des symptômes handicapants.

Ces symptômes sont multiples: fatigue, irritabilité, maux de tête, baisse d'appétit, bouffées de chaleur... Les électrosensibles les attribuent à leur exposition aux ondes des téléphones portables, antennes relais, wifi, ou aux champs électromagnétiques comme ceux qu'émettent les compteurs Linky.

En mars 2018, l'Anses a publié un rapport qui a marqué une inflexion dans la manière d'appréhender ce phénomène. Sans avancer de cause, l'agence sanitaire a reconnu que les électrosensibles souffraient et que cette souffrance devait être prise en charge.

"Il n'existe pas de critères de diagnostic de l'EHS validés à ce jour", souligne cet avis. Mais "quoi qu'il en soit, les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue".

L'un des éléments-clés du débat sur l'électrosensibilité est l'effet nocebo. Cet effet est l'équivalent du placebo, en négatif: la crainte que l'exposition à un médicament ou à des facteurs environnementaux soit nuisible produit chez le sujet un effet négatif bien réel, par le biais de mécanismes psychologiques.

Dans son rapport, l'Anses a jugé que cet effet nocebo jouait "certainement un rôle non négligeable dans la persistance de l'EHS", mais a ajouté qu'il n'excluait pas "une affection organique non identifiée".

Ce dernier point a été salué comme une avancée par les associations d'électrosensibles.

Toutefois, l'agence sanitaire s'est bien gardée de répondre à la principale demande de ces associations: la reconnaissance d'une responsabilité des ondes dans les troubles constatés.

"Aucune preuve expérimentale solide ne permet actuellement d'établir un lien de causalité entre l'exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant EHS", ont conclu les experts de l'Anses, qui ont examiné l'ensemble de la littérature disponible sur le sujet.

Ainsi, les études de "provocation", qui consistent à soumettre les sujets aux ondes en laboratoire, ne mettent pas en évidence l'apparition de symptômes ni de capacité des électrosensibles à percevoir les champs magnétiques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
La micro-sieste : où la pratiquer, comment et quels bienfaits ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.