ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 16 Décembre 2019

PLANETE - Publié le 05/08/2019 à 16:23


L'homme au défi de nourrir 10 milliards de personnes sans ravager la planète


AFP

Comment nourrir une population toujours plus importante sans détruire la nature, dont nous dépendons ? Cette question cruciale pour la survie de l'humanité est au coeur de discussions qui se sont ouvertes vendredi à Genève.

Le rapport spécial du groupe d'experts de l'ONU sur le climat (GIEC) consacré au « changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres », qui doit être rendu public la semaine prochaine à l'issue de ces rencontres à huis clos, sera l'analyse scientifique la plus complète à ce jour sur le sujet.

Ce texte de 1200 pages devrait mettre en avant la façon dont l'alimentation industrielle, du producteur au consommateur, l'exploitation généralisée des ressources, voire certains efforts pour contrer les effets du réchauffement climatique, compromettent notre capacité à nous nourrir à l'avenir.

Il devrait aussi dresser le tableau d'une société où deux milliards d'adultes sont en surpoids ou obèses et où des quantités importantes de nourriture sont jetées, quand la faim affecte des millions de personnes à travers le monde.

« On peut dire que ce rapport concerne mon paysage, ma ferme, mon alimentation », a déclaré le président du Giec, Hoesung Lee, à l'ouverture des discussions.

Ce rapport est « un élément scientifique très important », a insisté Inger Andersen, directrice du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Ce texte, examiné de près par les délégations d'environ 195 États, fera l'objet d'une version définitive rendue publique la semaine prochaine.

Ce sera l'occasion de mettre en lumière l'importance d'un usage optimal des terres, un aspect longtemps négligé, selon les experts. « Quand on regarde à la fois les conséquences du changement climatique et les contributions à ce changement, le secteur des terres est incroyablement important », souligne Lynn Scarlett, de l'ONG The Nature Conservancy, auprès de l'AFP.

L'agriculture et la déforestation représentent ainsi environ un quart des émissions des gaz à effet de serre.

« Insoutenable »

L'agriculture utilise un tiers de toutes les terres émergées et les trois quarts de l'eau douce sur la planète.

Alors que la population devrait frôler les dix milliards d'individus au milieu du siècle, contre 2,6 milliards en 1950, la crainte existe que le système atteigne ses limites.

La viande et le gaspillage alimentaire constituent deux points noirs. Environ 30 % de la nourriture produite finirait à la poubelle.

« Bien que les terres produisent bien plus de nourriture qu'il n'en faut pour nourrir tout le monde, il existe toujours 820 millions de personnes qui vont se coucher chaque soir en ayant faim », rappelle Stephan Singer de Climate Action Network.

« Il faudrait réduire de 50 % la consommation et la production de viande et de produits laitiers à l'échelle planétaire », estime Cécile Leuba de Greenpeace.

« Ce rapport arrive à un moment critique car l'agriculture est à la fois une victime et un moteur du changement climatique », ajoute Teresa Anderson, de l'ONG ActionAid.  

La culture extensive de céréales comme le soja, utilisées pour nourrir le bétail mais aussi pour les biocarburants, contribuent à la destruction des forêts qui stockent le carbone.

« Nous devons tourner le dos à une agriculture industrielle nocive basée sur des produits chimiques, la déforestation et les émissions » de gaz à effet de serre, insiste Teresa Anderson.

Le rapport abordera aussi les questions de désertification et la dégradation des habitats par l'agriculture, avec une surface de forêt tropicale équivalente au Sri Lanka perdue chaque année.

Un autre point sera sur les arbitrages à faire entre l'usage des terres pour l'alimentation, le stockage de carbone via les forêts et la production d'énergie à partir de matière biologique.

Il n'oubliera pas le sort des populations indigènes et des femmes, particulièrement exposées.

En octobre 2018, un autre rapport spécial du GIEC détaillait les impacts attendus d'un réchauffement climatique limité à 1,5 °C, en ligne avec les objectifs de l'Accord de Paris, et sur les moyens de rester sous ce seuil très ambitieux.

Depuis, des mouvements citoyens se sont formés et des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour demander à leurs gouvernements d'agir plus vite contre le réchauffement climatique.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Allô, c'est pour coâââ ? Quand les chercheurs téléphonent aux grenouilles
En finir avec l'emballage plastique à usage unique ? L'Assemblée fixe un objectif en 2040
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
Arctique: le réchauffement cause des difficultés à deux explorateurs
Plaie des océans, les microplastiques contaminent aussi les fleuves européens
Au Royaume-Uni, les castors appelés à la rescousse contre les inondations
La période de reproduction de la grande barrière de corail a commencé
Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.083 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.