ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

SCIENCE - Publié le 10/08/2019 à 15:55


Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents


AFP

Ce n'est pas forcément la meilleure façon de passer inaperçu, mais certains requins, tapis au fond des océans, émettent une lumière fluorescente verte. On sait désormais comment.

Des chercheurs ont identifié les molécules à l'origine de cette fluorescence, selon leur étude publiée jeudi dans la revue iScience.

«C'est très différent de toutes les autres formes de fluorescence marine», notamment des méduses ou du corail, explique l'un des coauteurs, David Gruber, professeur à la City University de New York.      

«C'est une petite molécule plutôt qu'une protéine. Cela montre que les animaux font indépendamment évoluer cette capacité à absorber la lumière bleue de l'océan pour la transformer en d'autres couleurs», poursuit le biologiste marin.

L'étude se penche sur deux espèces de requins, le roussette maille (Scyliorhinus retifer) et le requin-houle (Cephaloscyllium ventriosum), que le chercheur a pu observer en plongeant dans le Scripps Canyon, au large de San Diego, en Californie.

«Ils font environ un mètre de long, restent au fond, sont assez timides et ne nagent pas très bien», décrit le chercheur, qui a remarqué, avec son confrère Jason Crawford, de l'université de Yale, que leur peau avait deux tons : un clair et un foncé.

Absorber la lumière bleue

Les deux hommes ont extrait une molécule fluorescente se trouvant uniquement dans les zones les plus claires de la peau et permettant aux requins d'absorber la lumière bleue - la seule à leur parvenir dans les profondeurs (30 mètres ou plus) où ils vivent - pour émettre du vert.  

David Gruber a relevé au cours de ses plongées que les requins évoluaient en groupes, de deux à 10 individus. Leur fluorescence, avance-t-il, pourrait ainsi les aider à s'identifier ou à différencier les sexes.  

Selon les chercheurs, une meilleure connaissance de la fluorescence des animaux marins pourrait à terme permettre des avancées en matière d'imagerie médicale.

Leur récente découverte montre en tout cas à quel point les requins, animaux pourtant ancestraux, renferment encore de nombreux secrets.  

«Ce sont des créatures formidables dotées de super-pouvoirs fascinants, comme leur incroyable sens de l'odorat ou leurs ampoules de Lorenzini qui leur permettent de détecter des champs électromagnétiques», dit David Gruber.   

Les requins étudiés «se trouvent tout près de la jetée de San Diego et, pourtant, nous ne perçons ce mystère que maintenant», ajoute-t-il.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Kenya: sur les traces de Simbakubwa, dans le capharnaüm du musée de Nairobi
Nouvelle-Zélande : découverte des restes d'Hercule, un perroquet géant
Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
L'Égypte présente un sarcophage de Toutânkhamon en restauration
Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.050 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.