ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 12 Novembre 2019

RECHERCHE - Publié le 16/08/2019 à 14:01


Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation


AFP

Des chercheurs américains de la Mayo Clinic ont distingué deux voies de développement de l'adénocarcinome pulmonaire, forme la plus courante du cancer du poumon. Selon eux, cette découverte pourrait s'avérer précieuse pour développer des thérapies plus ciblées. 

Selon l'Institut national du cancer, l'adénocarcinome pulmonaire est le type le plus commun de cancer du poumon, responsable d'environ 4 diagnostics sur 10. Cette nouvelle étude réalisée sur des souris et publiée dans Cancer Cell montre qu'il peut se propager dans l'organisme humain par deux voies pulmonaires bien distinctes. 

La première dépend du gène responsable du cancer appelé "protéine kinase C iota (PKC iota)", tandis que la seconde fonctionne indépendamment de la PKC iota. Les adénocarcinomes pulmonaires issus de ces deux différentes voies se sont également formés dans différentes régions du poumon, par le biais de différentes cellules d'origine, notent les chercheurs. 

Ces derniers ont ensuite voulu vérifier si cette forme de cancer suivait le même cheminement chez l'être humain. Un marqueur moléculaire leur a permis de trouver une correspondance et de prédire quelles cellules d'adénocarcinome pulmonaire humain provenaient de la voie indépendante de la PKC iota qu'ils avaient découverte chez la souris.

Une piste pour freiner la croissance des tumeurs

"La capacité d'identifier la voie spécifique par laquelle l'adénocarcinome pulmonaire d'un patient est survenu augmente notre capacité à prédire quels patients sont susceptibles- ou peu susceptibles- de répondre à un traitement spécifique, et nous espérons offrir d'autres options aux patients dont le sous-type de cancer est peu susceptible d'y répondre", considère Alan Fields, biologiste cancérologue et auteur principal de l'étude. 

Afin de trouver des thérapies anti-cancer plus ciblées, les chercheurs ont testé deux types de médicaments sur les rongeurs et des cellules humaines, chacun adapté au type de voie identifié. Les auteurs de l'étude ont constaté que les deux médicaments affectaient différemment les sous-types d'adénocarcinomes, en fonction de leur voie sous-jacente. 

La prochaine étape consistera à déterminer dans quelle mesure des médicaments expérimentaux peuvent freiner de manière prévisible la croissance du cancer du poumon chez les patients dépendants (ou non) de la PKC iota. Une méthode que les chercheurs espèrent étendre à d'autres types de cancer.  

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
A Herculanum, des techniques de pointe révèlent la splendeur de maisons antiques
Une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine
Le pirarucu, poisson géant d'Amazonie prisé par les gastronomes
L'oiseau le plus bruyant du monde crie pour trouver l'amour
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Polluants détectés chez les Français : quelles sources et quels dangers?
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.082 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.