ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 18 Septembre 2019

RECHERCHE - Publié le 16/08/2019 à 14:01


Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation


AFP

Des chercheurs américains de la Mayo Clinic ont distingué deux voies de développement de l'adénocarcinome pulmonaire, forme la plus courante du cancer du poumon. Selon eux, cette découverte pourrait s'avérer précieuse pour développer des thérapies plus ciblées. 

Selon l'Institut national du cancer, l'adénocarcinome pulmonaire est le type le plus commun de cancer du poumon, responsable d'environ 4 diagnostics sur 10. Cette nouvelle étude réalisée sur des souris et publiée dans Cancer Cell montre qu'il peut se propager dans l'organisme humain par deux voies pulmonaires bien distinctes. 

La première dépend du gène responsable du cancer appelé "protéine kinase C iota (PKC iota)", tandis que la seconde fonctionne indépendamment de la PKC iota. Les adénocarcinomes pulmonaires issus de ces deux différentes voies se sont également formés dans différentes régions du poumon, par le biais de différentes cellules d'origine, notent les chercheurs. 

Ces derniers ont ensuite voulu vérifier si cette forme de cancer suivait le même cheminement chez l'être humain. Un marqueur moléculaire leur a permis de trouver une correspondance et de prédire quelles cellules d'adénocarcinome pulmonaire humain provenaient de la voie indépendante de la PKC iota qu'ils avaient découverte chez la souris.

Une piste pour freiner la croissance des tumeurs

"La capacité d'identifier la voie spécifique par laquelle l'adénocarcinome pulmonaire d'un patient est survenu augmente notre capacité à prédire quels patients sont susceptibles- ou peu susceptibles- de répondre à un traitement spécifique, et nous espérons offrir d'autres options aux patients dont le sous-type de cancer est peu susceptible d'y répondre", considère Alan Fields, biologiste cancérologue et auteur principal de l'étude. 

Afin de trouver des thérapies anti-cancer plus ciblées, les chercheurs ont testé deux types de médicaments sur les rongeurs et des cellules humaines, chacun adapté au type de voie identifié. Les auteurs de l'étude ont constaté que les deux médicaments affectaient différemment les sous-types d'adénocarcinomes, en fonction de leur voie sous-jacente. 

La prochaine étape consistera à déterminer dans quelle mesure des médicaments expérimentaux peuvent freiner de manière prévisible la croissance du cancer du poumon chez les patients dépendants (ou non) de la PKC iota. Une méthode que les chercheurs espèrent étendre à d'autres types de cancer.  

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation
Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Prescrire trop d'antibiotiques aux enfants pourrait leur faire plus de mal que de bien
Des scientifiques produisent une vodka de Tchernobyl non radioactive
Les lunettes de soleil à verres jaunes ne protégeraient pas les conducteurs nocturnes
Chez les filles, la puberté précoce favoriserait l'apparition des migraines
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
L'Etna à nouveau en éruption
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.055 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.