ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 7 Juillet 2020

RECHERCHE - Publié le 16/08/2019 à 14:01


Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation


AFP

Des chercheurs américains de la Mayo Clinic ont distingué deux voies de développement de l'adénocarcinome pulmonaire, forme la plus courante du cancer du poumon. Selon eux, cette découverte pourrait s'avérer précieuse pour développer des thérapies plus ciblées. 

Selon l'Institut national du cancer, l'adénocarcinome pulmonaire est le type le plus commun de cancer du poumon, responsable d'environ 4 diagnostics sur 10. Cette nouvelle étude réalisée sur des souris et publiée dans Cancer Cell montre qu'il peut se propager dans l'organisme humain par deux voies pulmonaires bien distinctes. 

La première dépend du gène responsable du cancer appelé "protéine kinase C iota (PKC iota)", tandis que la seconde fonctionne indépendamment de la PKC iota. Les adénocarcinomes pulmonaires issus de ces deux différentes voies se sont également formés dans différentes régions du poumon, par le biais de différentes cellules d'origine, notent les chercheurs. 

Ces derniers ont ensuite voulu vérifier si cette forme de cancer suivait le même cheminement chez l'être humain. Un marqueur moléculaire leur a permis de trouver une correspondance et de prédire quelles cellules d'adénocarcinome pulmonaire humain provenaient de la voie indépendante de la PKC iota qu'ils avaient découverte chez la souris.

Une piste pour freiner la croissance des tumeurs

"La capacité d'identifier la voie spécifique par laquelle l'adénocarcinome pulmonaire d'un patient est survenu augmente notre capacité à prédire quels patients sont susceptibles- ou peu susceptibles- de répondre à un traitement spécifique, et nous espérons offrir d'autres options aux patients dont le sous-type de cancer est peu susceptible d'y répondre", considère Alan Fields, biologiste cancérologue et auteur principal de l'étude. 

Afin de trouver des thérapies anti-cancer plus ciblées, les chercheurs ont testé deux types de médicaments sur les rongeurs et des cellules humaines, chacun adapté au type de voie identifié. Les auteurs de l'étude ont constaté que les deux médicaments affectaient différemment les sous-types d'adénocarcinomes, en fonction de leur voie sous-jacente. 

La prochaine étape consistera à déterminer dans quelle mesure des médicaments expérimentaux peuvent freiner de manière prévisible la croissance du cancer du poumon chez les patients dépendants (ou non) de la PKC iota. Une méthode que les chercheurs espèrent étendre à d'autres types de cancer.  

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Une vaste étude illustre les méfaits de la pollution de l'air sur la santé des seniors
Des médecins décrivent une pathologie similaire à Alzheimer
Covid-19: la dexaméthasone déjà utilisée à grande échelle en France, selon une infectiologue
Des chercheurs montrent les méfaits des boissons sucrées sur la santé féminine
Virus: en Chine, un possible vaccin se fabrique déjà à grande échelle
Coronavirus: résultats décevants d'un médicament contre l'arthrite
Vaccins anti-Covid-19: une centaine de projets, une dizaine à l'essai
COVID-19: aucune preuve que des patients guéris soient immunisés, dit l’OMS
Échec d’un essai clinique de l’antiviral remdesivir contre la COVID-19
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.