ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

SEXO - Publié le 29/08/2019 à 15:09


La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité


AFP

Une vaste étude a montré que seulement 13% des femmes enregistraient des cycles menstruels de 28 jours. Elle pourrait aider les couples à mieux connaître les jours où les femmes sont les plus susceptibles de tomber enceinte.

Cette nouvelle étude, menée par l'University College London (UCL) et l'application contraceptive Natural Cycles, est l'une des plus vastes à ce jour ayant pris en compte plus de 600.000 cycles menstruels de 124.648 femmes âgées de 18 à 45 résidant en Suède, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les participantes à l'étude enregistraient des IMC entre 15 et 50, et aucune d'entre elles n'avait recouru à un contraceptif hormonal dans les 12 mois précédent leur inscription à l'application. Les femmes qui rapportaient des symptômes de ménopause ou de maladies pré-existantes comme un syndrome de polykystose ovarienne, d'hypothyroïdie ou d'endométriose n'ont par ailleurs pas été incluses dans l'étude.

Ces recherches visaient à savoir si les caractéristiques des cycles menstruels des femmes étudiées étaient associées à leur âge, leur indice de masse corporelle (IMC) et à leurs températures corporelles. Leurs résultats, relayés par le npj Digital Medicine, ont montré que les cycles menstruels varient considérablement d'une femme à une autre et que leur durée moyenne s'établit en fait à 29,3 jours. Seuls 13% des cycles durent 28 jours, et 65% des femmes ayant pris part à l'étude enregistraient des cycles qui duraient entre 25 et 30 jours.

L'équipe de chercheurs a aussi montré que la durée moyenne de cycle baissait entre 25 et 45 ans, à mesure que les femmes prenaient de l'âge. La durée des cycles était aussi plus variable chez les femmes obèses. 

"Notre étude est unique car elle a analysé plus d'un demi million de cycles et a réécrit notre compréhension des étapes clés. Les études traditionnelles se sont concentrées sur des femmes qui enregistraient des cycles approximativement de 28 jours et ces études ont formé notre compréhension du cycle menstruel", a noté la co-auteure Joyce Harper. "Pour la première fois, notre étude montre que peu de femmes affichent un cycle de 28 jours, certaines ayant des cycles très longs ou très courts. Nous avons étudié toutes les femmes qui utilisent l'application."

"Nous avons aussi montré que l'ovulation ne se produit pas systématiquement le 14ème jour et il est donc important que les femmes qui veulent prévoir une grossesse aient des rapports les jours où elles sont le plus fertile. Afin d'identifier la période fertile, il est important de suivre d'autres mesures comme la température basale car les jours du cycle seuls ne sont pas instructifs."

Le co-auteur, le Dr. Simon Rowland, en charge des questions médicales chez Natural Cycles, a noté: "Étant données les variations de durée de cycle et la durée de la phase folliculaire que nous avons décrite, surtout pour les cycles en dehors de la moyenne (25-30 jours), une approche individualisée pour identifier la fenêtre fertile devrait être adoptée. Les applications qui prédisent les jours fertiles seulement à partir des jours de cycle pourraient complètement passer à côté de la fenêtre de fertilité, il n'est donc pas étonnant que plusieurs études aient montré que les applications calendaires n'identifiaient pas de façon précise la fenêtre de fertilité."

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants transgenres se sentent autant garçons ou filles que les enfants non trans
Sensibiliser les enfants au concept de la non-binarité pourrait réduire les préjugés à l'école, suggère une étude
Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
Non, les hommes ne sont pas les seuls à aimer le porno
Règles: les coupes menstruelles, option sûre, efficace et économique
Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.