ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 19 Novembre 2019

RECHERCHE - Publié le 05/09/2019 à 16:17


Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque


AFP

Des chercheurs ont récemment montré qu'en dormant un nombre suffisant d'heures, on pourrait réduire son risque de crise cardiaque, et ce, même en étant génétiquement prédisposé à cette maladie.

Des chercheurs de l'University of Colorado Boulder et du Massachusetts General Hospital aux Etats-Unis aidés par une équipe de l'University of Manchester (Royaume-Uni) ont mené cette nouvelle étude en s'intéressant à 461.347 individus âgés de 40 à 69 ans. Les sujets n'avaient jamais eu de crise cardiaque et tous faisaient partie de la banque de données médicales UK Biobank, qui comprend les données génétiques de près de 500.000 résidents britanniques.

Les chercheurs ont analysé les habitudes de sommeil des participants (rapportées par ces derniers), les données médicales et leurs informations génétiques pour déterminer si les personnes qui étaient génétiquement prédisposées à dormir peu étaient aussi plus susceptibles de souffrir de crises cardiaques.

Pour réaliser leur analyse, ils ont recouru à la randomisation de Mendel, qui comprend l'étude de variantes génétiques pour voir si certains facteurs sont associés à un risque accru de maladie. Comme cette méthode produit des résultats plus fiables, les associations trouvées sont plus susceptibles de suggérer une relation directe.

Les participants ont ensuite été suivis pendant sept ans.

Leurs résultats, relayés par le Journal of the American College of Cardiology, ont montré qu'au cours de l'étude, les personnes qui dormaient moins de six heures par nuit enregistraient un risque accru de crise cardiaque de 20% par rapport à ceux qui dormaient entre six et neuf heures par nuit. 

De plus, les sujets qui dormaient plus de neuf heures par nuit voyaient leur risque augmenter de 34%.

Plus les sujets s'éloignaient de la fenêtre de référence de six à neuf heures de sommeil, plus leur risque augmentait. Par exemple, les participants qui dormaient cinq heures par nuit voyaient leur risque de crise cardiaque augmenter de 52% par rapport à ceux qui se reposaient entre sept et huit heures, alors que ceux qui dormaient dix heures étaient deux fois plus susceptibles de faire une attaque.

Leurs résultats restaient avérés après avoir pris en compte 30 facteurs pouvant potentiellement influencer les résultats, comme la composition corporelle, l'activité physique, le statut socio-économique et la santé mentale.

Lorsque les chercheurs ne se sont intéressés qu'aux sujets ayant une prédisposition génétique aux crises cardiaques, ils ont trouvé que le fait de dormir entre six et neuf heures par nuit réduisait leur risque de crise cardiaque de 18%.

Cette étude "fournit l'une des plus fortes preuves à ce jour que la durée du sommeil est un facteur clé lorsqu'il est question de santé cardiaque, et que cela est avéré pour tout le monde", a précisé l'auteure Celine Vetter.

"C'est un message d'espoir, que peu importe son risque héréditaire de crise cardiaque, dormir un nombre suffisant d'heures pourrait réduire ce risque de la même manière qu'une alimentation équilibrée, ne pas fumer (...)", a ajouté l'autre auteur Iyas Daghlas.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.