ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

SANTE - Publié le 12/09/2019 à 15:55


La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains


AFP

Une étude réalisée sur des singes et des humains montre que notre capacité à faire des choix est principalement dictée par les informations dont on ne dispose pas. Quelle place occupe la prise de risque lorsque nous nous apprêtons à prendre une décision ?

Pour répondre à cette question, des scientifiques de l'université de Dartmouth (New Hampshire, Etats-Unis) ont réalisé une étude sur des singes et des humains, parue dans la revue Nature Human Behaviors.

Les chercheurs ont testé les deux espèces étudiées en les soumettant à des choix, en vue d'obtenir des récompenses. Les humains, des étudiants de premier cycle de Dartmouth, ont reçu une combinaison de points qui ont été convertis en argent et en crédits supplémentaires pour un cours. Les modèles singes (étudiés à l'école de médecine de Yale et à l'Université du Minnesota) ont reçu des gouttes de jus.

Les résultats de cette étude ont montré que lorsque la probabilité de la récompense est inconnue et doit être apprise, les humains comme les singes, vont modifier leur stratégie. 

"Dans un environnement de récompense incertain, ce qui est le cas la plupart du temps, nous ne construisons pas la valeur dite subjective telle que prescrite par les modèles normatifs de choix, et la flexibilité est plus importante que la rationalité ou l'optimisation," explique Alireza Soltani, professeure adjointe en psychologie et sciences du cerveau à Dartmouth et autrice principale de l'étude. 

En clair, cela signifie que lorsque nous connaissons la probabilité d'obtenir la récompense et le montant de celle-ci, s'il s'agit par exemple d'une somme d'argent, nous avons tendance à limiter les risques dans notre prise de décision et à nous diriger vers l'option perçue comme la "plus sûre".Mais en cas d'incertitude sur les probabilités de remporter la mise, nos choix seraient davantage guidés par la nature de la récompense que par nos chances de l'obtenir. Selon les auteurs de l'étude, cette théorie vient contredire une hypothèse fondamentale en économie et en neuroéconomie "rarement contestée", visant à affirmer que les personnes se décident essentiellement en évaluant les risques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.