ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

PLANETE - Publié le 12/11/2019 à 16:19


Climat: plus vite, plus haut que prévu pour les océans?


AFP

Le dérèglement climatique pourrait faire monter le niveau des océans bien plus vite et plus haut que jusqu’ici envisagé, selon une étude sur la dernière période de réchauffement, il y a 125 000 ans.

L’eau était alors montée jusqu’à 10 mètres au dessus du niveau actuel, au rythme de jusqu’à trois mètres par siècle, selon des chercheurs de l’Université nationale d’Australie, dessinant un scénario catastrophe pour des centaines de millions de personnes.

La Terre connaissant une alternance de périodes de glaciation et de réchauffement, les chercheurs ont examiné des données sur la dernière période interglaciaire, il y a 125 000 ans. Les températures moyennes étaient alors plus élevées qu’actuellement d’environ un degré, mais les changements climatiques des 200 dernières années sont plus rapides, en raison des émissions de gaz à effet de serre de la période industrielle.

En conséquence, l’étude de la dernière période interglaciaire « ne fournit que la fourchette basse des prédictions sur ce qui pourrait se passer », préviennent les auteurs de l’étude, initialement publiée dans la revue Nature Communications, dans un article paru, et mis en ligne mercredi sur le site The Conversation.

Or, le niveau est alors « monté de 10 mètres au dessus du niveau actuel » en raison de la fonte des glaces, d’abord en Antarctique, puis au Groenland, l’eau libérée par la fonte au Sud ayant réchauffé les zones polaires du Nord. « Le niveau est monté jusqu’à trois mètres par siècle, bien au delà de la montée d’environ 0,3 mètre observée sur les 150 dernières années ».

Selon le rapport des experts climat de l’ONU (GIEC) sur les océans publié en septembre, le niveau des mers devrait augmenter de 43 centimètres environ d’ici 2100 dans un monde à +2 °C, mais de 84 cm dans un monde à +3 °C ou + 4 °C, réchauffement vers lequel nous conduisent les tendances actuelles.

Le panel d’experts estimait que plus d’un milliard de personnes vivraient d’ici le milieu du siècle dans des zones côtières particulièrement vulnérables et que le rythme d’élévation du niveau des mers pourrait être 100 fois plus rapide au XXIIe siècle, pouvant passer à « plusieurs centimètres » par an, pour ensuite atteindre jusqu’à plusieurs mètres au total d’ici 2300 si les émissions ne sont pas réduites.

Mais les chercheurs australiens estiment que ces modèles ne prennent pas en compte l’accélération que provoquerait la chute de gigantesques blocs de calotte glaciaire dans les océans.

Selon eux, les données observées sur le niveau historique des mers (notamment grâce à des fossiles de plancton), qui prennent en compte tous les phénomènes ayant contribué, montrent « de façon frappante à quel point le niveau des océans est monté rapidement au dessus des niveaux actuels ». « Les températures […] étaient similaires à celles prévues pour l’avenir proche, ce qui veut dire que la fonte des calottes glaciaires affectera probablement les futurs niveaux océaniques bien plus dramatiquement qu’anticipé ».

De plus, le réchauffement actuel affecte les deux pôles en même temps, soulignent les auteurs : « Ce qui veut dire que si le changement climatique se poursuit sans relâche, la montée dramatique des eaux du passé pourrait n’être qu’un petit avant-goût de l’avenir ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Allô, c'est pour coâââ ? Quand les chercheurs téléphonent aux grenouilles
En finir avec l'emballage plastique à usage unique ? L'Assemblée fixe un objectif en 2040
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
Arctique: le réchauffement cause des difficultés à deux explorateurs
Plaie des océans, les microplastiques contaminent aussi les fleuves européens
Au Royaume-Uni, les castors appelés à la rescousse contre les inondations
La période de reproduction de la grande barrière de corail a commencé
Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.