ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

SANTE - Publié le 20/11/2019 à 17:41


Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil


AFP

Une nouvelle recherche américaine a étudié dans quelle mesure le yoga et la physiothérapie pouvaient être efficaces pour diminuer les douleurs dorsales et les troubles du sommmeil, dans le but de réduire le recours aux analgésiques. Chasser le stress, booster la mémoire et la créativité, gagner en souplesse…

Le yoga est associé à de nombreuses vertus. Y compris celles d'améliorer le sommeil et les douleurs au dos. Une nouvelle étude du Boston Medical Center (BMC) publiée dans le Journal of General Internal Medicine, confirme les bienfaits du yoga et des autres pratiques de physiothérapie comme alternative non pharmacologique pour traiter ces deux maux lorsqu'ils surviennent en même temps. 

Des recherches antérieures ont en effet montré que 59% des personnes atteintes de lombalgie chronique ont un sommeil de mauvaise qualité et que 53% souffrent d'insomnie. "Les médicaments pour le sommeil et les maux de dos peuvent avoir de graves effets secondaires, et le risque de surdosage et de décès liés aux opioïdes augmente avec l'utilisation de somnifères", rappellent les auteurs de l'étude dans un communiqué.

Des améliorations significatives après 6 semaines de yoga

Les chercheurs ont réalisé un essai de contrôle randomisé comprenant 320 adultes âgés en moyenne de 46 ans et suivis pendant 52 semaines. Au début de l'étude, la quasi-totalité des participants (92%) ont déclaré avoir un mauvais sommeil. On a assigné aux participants l'un de ces trois programmes : physiothérapie, yoga hebdomadaire ou lecture de documents pédagogiques.

Au bout de 6 semaines de traitement, les volontaires ont déclaré des douleurs au dos réduites de 30%. Ces derniers étaient également 3,5 fois plus susceptibles d'améliorer leur sommeil après un traitement complet de 12 semaines de physiothérapie ou de yoga. Les résultats étaient similaires au terme de la période de suivi (52 semaines), indique l'étude. 

"Cela met vraiment l'accent sur la nécessité pour les prestataires de soins d'interroger les patients souffrant de lombalgie chronique sur la qualité de leur sommeil. Étant donné les risques sérieux liés à l'association d'analgésiques et de somnifères, des approches non pharmacologiques devraient être envisagées pour ces patients", insiste Eric Roseen, chercheur au département de médecine familiale du BMC et auteur principal de l'étude. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.090 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.