ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

SANTE - Publié le 20/11/2019 à 17:43


Cancers : les plus pauvres, les moins armés


AFP

Les personnes les plus pauvres restent les moins armées pour combattre le cancer: elles sont plus nombreuses à devoir faire des avances de frais, à n'avoir pas de complémentaires santé, à devoir déménager temporairement pour se rapprocher de l'hôpital.

C'est ce que souligne le 8e rapport de l'Observatoire sociétal de la Ligue contre le cancer, consacré au vécu des malades lors du "parcours de soins" (suspicion du cancer, annonce du diagnostic, traitements...), dévoilé mercredi à l'occasion d'une journée organisée à Paris par la Ligue sur le bilan de dix ans de cet observatoire.

"La paupérisation à laquelle aboutit le cancer est un phénomène qui n'a pas disparu (perte d'emploi, aidant obligé de moins travailler...) et c'est une difficulté supplémentaire pour qui n'a pas un matelas suffisant" pour faire face à ce parcours de plusieurs années, dit à l'AFP le Pr Axel Kahn, président de la Ligue.

Plus de 3 millions de personnes vivent aujourd'hui en France avec un cancer, selon le ministère de la Santé. 

La Ligue consacre chaque année 5 millions d'euros pour l'aide sociale de 12.000 familles. 

Le vécu du parcours de soins est étroitement lié à la situation sociale des patients: ceux qui ont les revenus les plus faibles (moins de 1.500 euros par mois) cumulent les difficultés, selon l'enquête auprès de 2.649 personnes atteintes de cancers ou en rémission, entre août 2015 et octobre 2018.

Les personnes les plus pauvres doivent souvent avancer des frais, notamment pour les examens diagnostiques, en attendant la prise en charge à 100% de l'ALD (affection de longue durée). Elles sont aussi davantage contraintes de déménager de façon temporaire pour se rapprocher de l'hôpital.

Parmi ceux qui ont moins de 1.500 euros de revenus, 12% ont dû faire des avances de frais. Pour les revenus supérieurs, ils ne sont que 7% dans ce cas. De même, 10% n'ont pas de complémentaire santé contre 2% parmi ceux qui disposent de plus de 1.500 euros.

- "Sur la paille" -

"Les 3 semaines d'hospitalisation, et surtout les 18 euros quotidiens, m'ont mise sur la paille", témoigne une patiente dans ce rapport.

La communication avec les soignants s'avère également moins bonne: 15% n'ont pas eu de réponse satisfaisante à leurs questions au moment de l'annonce contre 8% chez les plus aisés. Les échanges avec les soignants sur l'après-cancer sont également moins fréquents (53% contre 66%).

En outre, 31% des participants ayant les plus faibles revenus mensuels ont abandonné certaines démarches administratives fastidieuses, renonçant à certains de leurs droits.

Globalement, sur la prise en charge du cancer, il y a certes eu des progrès ces dernières années (diminution de certains reste à charge, soutien psychologique aux proches et aidants...). Pourtant l'application en pratique du droit à l'oubli qui donne la possibilité d'obtenir un prêt bancaire une fois guéri pèche encore. A tel point que la Ligue a un service spécial pour aider les personnes qui se sont heurtées à un refus, déplore le Pr Kahn.

Il reste beaucoup à faire, comme "assurer une prise en charge des prothèses dentaires liées au cancer et des perruques en cheveu naturel, ou encore de réviser les critères d'attribution du congé proche aidant indemnisé, pour que les personnes qui aident un malade du cancer puissent y accéder", énumère-t-il.

La Ligue finance pour sa part pour 10 millions d'euros des soins de support (sport adapté, socioeshétique, psychologie, groupe de parole, sophrologie...) pour 40.000 personnes pendant et après le cancer, relève le Pr Axel Kahn.

A l'échelle nationale, ces soins, qui concerneront dans l'avenir 150.000 à 200.000 personnes chaque année, nécessitent selon lui un financement "réaliste" et "sans doute plus large" que l'enveloppe annoncée par le gouvernement pour ce type de prestations.

Dans le budget 2020 de la "Sécu" est prévue une enveloppe de 10 millions d'euros pour un forfait de soins remboursé pour l'accompagnement des patients après un cancer, comprenant un bilan psychologique, nutritionnel et de l'activité physique.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.