ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 15 Décembre 2019

SCIENCE - Publié le 25/11/2019 à 15:57


La dépouille du philosophe Montaigne vraisemblablement découverte


AFP

Un fémur, un os de bassin et un crâne que viennent de détecter des archéologues à l'intérieur d'un cercueil retrouvé dans un musée de Bordeaux, sont "vraisemblablement" ceux du philosophe Montaigne mais de multiples analyses scientifiques à venir devront en apporter la preuve.

"Nous sommes probablement en présence du corps de Michel de Montaigne" (1533-1592), s'est enthousiasmé mercredi devant la presse Laurent Védrine, directeur du musée d'Aquitaine, qui présentait les premiers résultats d'une fouille archéologique toujours en cours sur le "tombeau présumé" de l'écrivain.

En évoquant un "moment historique et émouvant", le premier adjoint Fabien Robert a ajouté que "nous sommes vraisemblablement" en présence de la dépouille de l'ancien maire de Bordeaux (de 1581 à 1585) mais qu'un "travail scientifique fondamental" se poursuivait.

En début de semaine, une équipe de scientifiques a ouvert une structure maçonnée, sans inscriptions, dans les sous-sols de l'ancien couvent des Feuillants, lieu de sa première sépulture, devenu le musée d'Aquitaine. Elle était considérée depuis toujours comme "le tombeau de Montaigne" mais n'avait jamais été ouverte.

De cette structure, les archéologues ont extrait un cercueil en bois sur lequel le nom de "Montaigne" est peint en grandes lettres brunes.

Le cercueil renfermait lui-même un "contenant en plomb" dans lequel ont été détectés grâce à une caméra endoscopique, au moins un fémur, un os du bassin et, "en position isolée", un crâne, a détaillé Hélène Réveillas, archéo-anthropologue à la Métropole de Bordeaux qui dirige les recherches d'une quinzaine de scientifiques.

- Fractures et calculs rénaux -

Pour tenter de mettre fin à "ce mystère historique", selon M. Robert, des tests seront réalisés dans les mois qui viennent: analyse de la structure de pierre du tombeau, étude du cercueil en bois, d'un cylindre renfermant une bouteille déposée à côté du cercueil, contenant un bout de papier, peut-être des vestiges de tissus ou d'insectes.

Sans compter les "études biologiques", a ajouté Mme Réveillas, pour déterminer l'âge et le sexe des restes et les "indices" que l'on connaît par les archives: le philosophe souffrait de calculs rénaux, avait subi des fractures et son cœur a été extrait à la demande de sa veuve. "Il y a peut-être des traces sur les os de la cage thoracique", dit-elle.

Pour la recherche ADN, "on espère avoir une descendante", a ajouté Mme Réveillas en expliquant que "quand on remonte aussi loin dans le temps, il faut essayer d'avoir une lignée uniquement directe". Un descendant a contacté l'équipe et les recherches généalogiques se poursuivent.

"Des indices archéologiques et historiques nous amènent à penser que nous sommes sur la bonne voie", estime le directeur du musée.

On sait que la dépouille de Montaigne a été déplacée au cimetière de la Chartreuse, à Bordeaux, à cause d'un incendie en 1871 et que les lettres brunes sur le cercueil en bois de chêne signifient "en gros, on écrit Montaigne pour ne pas se tromper !", dit M. Vedrine. Des archives évoquent le retour de la dépouille en 1886 au site initial devenu faculté des Lettres, aujourd'hui musée d'Aquitaine.

Il y a un ans, une première exploration -- en perçant "deux petits trous" -- de la structure maçonnée des sous-sols avait révélé le cercueil en bois.

Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) seigneur terrien, magistrat, diplomate, voyageur, fut à la fois très impliqué dans la vie sociale et politique de son temps, troublée par les guerres de religions, mais aussi un écrivain-penseur retiré dans sa tour, auteur des "Essais".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
La dépouille du philosophe Montaigne vraisemblablement découverte
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.