ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 6 Juillet 2020

SCIENCE - Publié le 10/12/2019 à 14:00


Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants


AFP

Les orques qui ont encore leur grand-mère maternelle survivent plus longtemps que les autres, surtout quand le poisson est rare, rapportent des scientifiques lundi dans une étude qui ajoute une pierre à la connaissance d'un phénomène rare chez les mammifères: la ménopause.

Les orques femelles cessent de se reproduire après 30 ou 40 ans, mais vivent encore des décennies au-delà. Seules les humaines, les orques et trois autres espèces de cétacés (béluga, narval et globicéphale) connaissent la ménopause.

Une hypothèse est que cette évolution permet aux femelles post-ménopause d'aider leurs descendants, ce qui est appelé "l'effet grand-mère" chez les humains. Mais la théorie n'avait pas été observée scientifiquement chez des baleines.

"C'est le premier exemple non-humain d'un effet grand-mère chez une espèce connaissant la ménopause", explique l'auteur principal Daniel Franks, de l'université de York, à l'AFP. L'étude a été publiée dans la revue scientifique américaine PNAS.

"Cela a aussi été observé chez les éléphants, mais elles peuvent se reproduire jusqu'à la fin de leur vie", ajoute Daniel Franks. On ne sait pas expliquer pourquoi des cétacés ont la ménopause et pas les éléphantes ou autres espèces.

Pour ces travaux, les scientifiques ont exploité plus de 40 ans de données de recensement sur deux groupes d'orques qui vivent au large de la côte nord-ouest des Etats-Unis et de la Colombie britannique au Canada.

Les chercheurs savaient identifier les individus par la forme des nageoires, les taches près de l'aileron et les diverses égratignures de leurs corps. Le sexe était révélé par la pigmentation autour des parties génitales et par la taille adulte de l'aileron. Quant aux liens familiaux, ils ont été identifiés par l'observation des groupes.

Sur 378 petits-enfants étudiés, ceux dont la grand-mère maternelle était morte dans les deux années précédentes avaient un taux de mortalité 4,5 supérieur aux autres dans cette période.

Le lien était encore plus marqué quand le saumon était rare dans la région.

Comment l'expliquer? Les scientifiques avaient déjà vu que les orques plus âgées menaient leur groupe vers les eaux plus poissonneuses. "On les a déjà vues partager leur nourriture avec les plus jeunes. On les soupçonne aussi de faire du baby-sitting", dit Daniel Franks.

Une hypothèse pour expliquer l'utilité de la ménopause est que cela réduit la concurrence entre mères et filles pour la reproduction. Mais cela n'expliquerait pas pourquoi les éléphantes, qui ne connaissent pas la ménopause, aident aussi leurs petits-enfants.

L'équipe va continuer ses recherches pour observer plus finement le fonctionnement des groupes des baleines, à l'aide de drones notamment.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
Don du corps à la science, anatomie d'une pratique opaque
Les ancêtres des crocodiles auraient marché sur deux pattes, selon une étude
Pourquoi les berniques collent-elles si fort aux rochers ?
Les humains sont capables de décrypter les cris des chimpanzés
Le plus vieil oeuf de l’Antarctique a été pondu par un énorme reptile marin
Eruption du Vésuve: découverte d'un fragment de cerveau vitrifié
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.076 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.