ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 6 Juillet 2020

PLANETE - Publié le 18/06/2020 à 13:37


Galapagos: Diego, la tortue qui a sauvé son espèce, de retour sur son île


AFP

Diego, la tortue géante qui a sauvé son espèce de l'extinction, a recouvré la liberté sur son île d'origine dans l'archipel des Galapagos, a annoncé lundi le ministre équatorien de l'Environnement, Paulo Proaño.

"Nous refermons un chapitre important de la gestion du parc des Galapagos, 15 tortues d'Española, dont Diego, retournent chez eux après des décennies passées à se reproduire en captivité pour sauver leur espèce de l'extinction", a tweeté le ministre.

Accompagné de quatorze autres adultes reproducteurs, Diego, un mâle centenaire de l'espèce Chelonoidis hoodensis, a été rapatrié sur l'île déserte d'Española par des employés du Parc national des Galapagos (PNG).

Les animaux ont été transportés en bateau depuis l'île de Santa Cruz, où Diego a passé une quarantaine d'années en captivité dans le cadre d'un programme de reproduction.

Le retour, initialement prévu en mars, a été retardé en raison de la pandémie de coronavirus.

Diego, qui pèse 80 kg et mesure 1,5 mètre, avait été emmené aux États-Unis dans la première moitié du XXe siècle, avant que l'archipel des Galapagos ne soit déclaré réserve naturelle en 1959.

Il a notamment passé trente ans au zoo de San Diego (Sud-Ouest) qui lui a donné son nom. Il a ensuite été rapatrié en 1976 aux Galapagos où il a partagé son quotidien avec plusieurs femelles dans un centre d'élevage de tortues terrestres du PNG à Puerto Ayora, la capitale de l'île Santa Cruz.

Sexuellement très actif, Diego a réussi à sauver son espèce du danger d'extinction en engendrant à lui tout seul au moins 40% des bébés tortue qui ont grandi depuis sur l'île Española.

L'île d'Española compte désormais environ 2.000 individus de cette espèces, dont 200 nés à l'état sauvage.

Sur la quinzaine d'espèces de tortues géantes qui peuplent les Galapagos, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco, trois ont disparu sous l'effet des attaques de pirates et le pillage par les équipages notamment des navires baleiniers au 18e et 19e siècles.

L'archipel équatorien, qui compte une flore et une faune uniques au monde, a servi de laboratoire naturel au scientifique anglais Charles Darwin pour sa théorie sur l'évolution des espèces.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Thaïlande: de rares images montrant le cruel dressage des éléphants à touristes
La ruée vers la lavande de millions d'abeilles
Nouveau cas d'empoisonnement présumé de tigre de Sumatra en Indonésie
Réchauffement 3 fois plus rapide au Pôle Sud que dans le reste du monde
Des agriculteurs dénoncent l'attaque d'animaux vivants par des vautours
Taïwan: un panda géant offert par la Chine donne naissance à un deuxième petit
Pollution dans l'Arctique russe: le nettoyage en surface terminé
Protection des abeilles: une ONG dépose un recours contre la Commission européenne
Des bulles de savon pour polliniser des arbres fruitiers
Galapagos: Diego, la tortue qui a sauvé son espèce, de retour sur son île
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.