ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 6 Juillet 2020

SCIENCE - Publié le 18/06/2020 à 13:56


Pourquoi les berniques collent-elles si fort aux rochers ?


AFP

N'essayez plus d'arracher une bernique à son rocher: ces coquillages en forme de chapeau chinois qui peuplent les littoraux d'Europe doivent la puissance de leur adhérence à une colle ultra-résistante secrétée par leur organisme, selon une étude publiée mercredi.

Contrairement aux moules, les berniques ne sont pas accrochées en permanence à leur support: ces gastéropodes marins, appelés aussi patelles communes ("Patella vulgata") alternent phases de déplacement et phases d'adhérence fixe en fonction des marées, résistant aux courants qui balayent leur habitat, ainsi qu'aux attaques de prédateurs.

Mais d'où leur vient cette capacité ? Après près d'un siècle de recherches, une étude parue dans la revue Proceedings of the Royal Society B élucide pour la première fois les mécanismes biochimiques qui en sont à l'origine.

La force de leur attache - certaines peuvent résister à un poids pouvant aller jusqu'à 100 kilos - serait essentiellement due à un mucus adhésif temporaire secrété par leur organisme, au niveau de leur "pied", selon l'étude qui a analysé 171 séquences de protéines de cette substance. Et non principalement, comme il était couramment admis jusqu'ici, à un mécanisme de succion - même si ce dernier reste impliqué dans le processus.

Ce mucus, mélange composé d'eau, de protéines et de sucres, est comparable aux sécrétions adhésives des étoiles de mer, oursins et anémones, et permettent de coller puissamment aux surfaces mouillées et glissantes.

"Savoir ce qui compose ces mucus et comment ils fonctionnent pourrait un jour inspirer des adhésifs synthétiques effectifs sur des surfaces mouillées, et qui seraient biodégradables, pour la médecine ou l'industrie agro-alimentaire", explique à l'AFP Victor Kang, du département de zoologie de l'Université de Cambridge, auteur principal de l'étude.

Le pied qui sécrète cette colle est rempli de fibres musculaires dont les contractions permettent à la bernique de se déplacer et de provoquer une succion. Il contient aussi des tissus, des vaisseaux sanguins et des glandes produisant le mucus, situées près de sa surface plate en contact avec la roche.

Pourquoi et à quel moment précis ce mucus est-il produit ? L'étude ne le dit pas, mais fournit des données qui permettront de répondre à ces questions, précise le chercheur.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
Don du corps à la science, anatomie d'une pratique opaque
Les ancêtres des crocodiles auraient marché sur deux pattes, selon une étude
Pourquoi les berniques collent-elles si fort aux rochers ?
Les humains sont capables de décrypter les cris des chimpanzés
Le plus vieil oeuf de l’Antarctique a été pondu par un énorme reptile marin
Eruption du Vésuve: découverte d'un fragment de cerveau vitrifié
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.