ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 9 Août 2020

RECHERCHE - Publié le 30/06/2020 à 01:43


Une vaste étude illustre les méfaits de la pollution de l'air sur la santé des seniors


AFP

De nouvelles recherches américaines ont montré qu'une exposition sur le long terme à la pollution atmosphérique était une cause de décès précoce chez les Américains de plus de 65 ans.

Pour mener cette nouvelle étude, une équipe du Harvard T.H. Chan School of Public Health a pris en compte des données étalées sur 16 ans concernant plus de 68,5 millions d'Américains du programme fédéral de santé Medicare, auquel 97% des Américains de plus de 65 ans sont inscrits.

Les chercheurs ont estimé l'exposition quotidienne des participants à la pollution aux particules fines PM2,5 (inférieures à 2,5 microns de diamètre, 30 fois plus petites que le diamètre d'un cheveu) en analysant leur code postal et les données de pollution concernant les différentes villes américaines.

Ils ont aussi pris en compte des facteurs tels que les variables météorologiques, ainsi que l'indice de masse corporelle des sujets, la consommation de tabac, l'ethnicité, les revenus et les études.

Leurs résultats, parus dans la revue Science Advances, ont montré qu'abaisser le niveau de pollution aux PM2,5 au seuil de 10 μg/m3 (microgrammes par mètre cube) entraînerait un recul de 6 à 7% du risque de mortalité des Américains de plus de 65 ans.

Leurs résultats concordaient dans cinq types d'analyses différentes menées par les chercheurs.

Le standard de qualité de l'air aux Etats-Unis est actuellement de 12 μg/m3 par an. Les scientifiques expliquent que, si les Etats-Unis abaissaient leur standard annuel d'émissions de particules PM2,5 à 10 μg/m3 (recommandations annuelles de l'Organisation Mondiale de la Santé) 143.257 vies pourraient être potentiellement sauvées sur une décennie.

L'équipe scientifique précise que leur étude offre la preuve la plus complète à ce jour du lien causal entre l'exposition sur le long terme aux particules PM2,5 et les décès précoces. De plus, elle se fonde sur une étude de 2017 qui avait démontré la même association entre la pollution aux particules PM2,5 et à l'ozone et le risque de décès des seniors."Cette nouvelle étude a pris en compte les données les plus vastes à ce jour de seniors américains et a recouru à de multiples méthodes analytiques, notamment des méthodes statistiques d'inférence causale, pour montrer que les standards américains actuels de concentration de particules PM2,5 ne sont pas assez protecteurs et devraient être abaissés pour s'assurer que les populations vulnérables, comme les personnes âgées, soit en sécurité", a expliqué Xiao Wu, a co-signataire de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
Des chercheurs en bonne voie pour détecter le Covid-19 dans l'air expiré
Des chercheurs d'Harvard fournissent une explication sur la perte d'odorat liée au Covid-19
Repérer les risques d'Alzheimer dès l'âge de 20 ans ? C'est possible, affirment des chercheurs
La présence d'un anticorps pourrait expliquer pourquoi certaines femmes font des fausses couches à répétition
Une recherche sur les survivants d'Ebola nous en apprend plus sur les séquelles à long terme du virus
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Une vaste étude illustre les méfaits de la pollution de l'air sur la santé des seniors
Des médecins décrivent une pathologie similaire à Alzheimer
Covid-19: la dexaméthasone déjà utilisée à grande échelle en France, selon une infectiologue
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Virgin Galactic table sur un premier vol touristique au premier trimestre 2021
L'Egypte invite Musk après un tweet sur les pyramides construites par des extra-terrestres
Pacifique: trois naufragés sauvés par leur SOS écrit sur la plage
Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
SpaceX a ramené sur Terre deux astronautes, une première
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.077 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.