ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 6 Juillet 2020

PLANETE - Publié le 30/06/2020 à 01:48


Réchauffement 3 fois plus rapide au Pôle Sud que dans le reste du monde


AFP

Le Pôle Sud n'est plus à l'abri du réchauffement: la température y a augmenté trois fois plus vite que la moyenne mondiale ces 30 dernières années, en raison de phénomènes naturels "probablement intensifiés" par le changement climatique, selon une étude publiée lundi.

L'Antarctique est marqué par une variabilité climatique extrême, avec de fortes différences entre les côtes et l'intérieur du continent, notamment le plateau glacé où se trouve le Pôle Sud.

Ainsi, la majeure partie de l'Antarctique occidental et de la péninsule antarctique ont subi un réchauffement et une fonte des glaces dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Dans le même temps, au contraire, le Pôle Sud s'est refroidi. Au moins jusque dans les années 1980, avant que la tendance ne s'inverse, comme le montre l'étude parue lundi dans la revue Nature Climate Change.

Avec +0,61°C par décennie, entre 1989 et 2018, la température enregistrée sur la base Amundsen–Scott, au Pôle Sud géographique, a augmenté plus de trois fois plus que la moyenne mondiale, indiquent les chercheurs.

Un résultat qui les a surpris. "On croyait que cette partie de l'Antarctique -- le haut plateau isolé -- serait à l'abri du réchauffement. Nous avons découvert que ce n'était plus le cas", a expliqué à l'AFP l'un des auteurs, Kyle Clem, de l'université Victoria à Wellington.

Mais le réchauffement de la planète lié aux émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines n'est pas nécessairement responsable, en tout cas pas tout seul.

Le "mécanisme premier" ayant conduit à ce réchauffement rapide du Pôle Sud, où la température est en permanence largement sous 0°C (moyenne annuelle autour de -49°C), est lié à un réchauffement dans la zone tropicale de l'océan pacifique occidental. Ce qui a entrainé une baisse de la pression atmosphérique dans la mer de Weddell et poussé de l'air chaud vers le Pôle Sud, selon l'étude.

Même si les modèles climatiques montrent qu'il n'est "pas impossible" que le rythme de réchauffement de 0,61°C par décennie se soit produit naturellement, c'est "très improbable", a insisté Kyle Clem, qui précise que sur +1,8°C en 30 ans au Pôle Sud, ces modèles attribuent +1°C au changement climatique provoqué par l'Homme.

"Le vrai message (...) est qu'aucun lieu n'est à l'abri du changement climatique", ont commenté Sharon Stammerjohn  et Ted Scambos, de l'université du Colorado, qui s'inquiètent surtout pour les côtes de l'Antarctique et la calotte glaciaire.

"Les effets du changement climatique s'y font sentir depuis longtemps", et la contribution du continent au réchauffement et à l'augmentation du niveau de la mer pourrait devenir "catastrophique", poursuivent-ils.

La fonte des calottes du Groenland et de l'Antarctique sont déjà la principale source de la hausse du niveau des océans.

Mais l'avenir des régions côtières et de leurs millions d'habitants dépend surtout de l'énorme masse de glace recouvrant l'Antarctique occidental.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Thaïlande: de rares images montrant le cruel dressage des éléphants à touristes
La ruée vers la lavande de millions d'abeilles
Nouveau cas d'empoisonnement présumé de tigre de Sumatra en Indonésie
Réchauffement 3 fois plus rapide au Pôle Sud que dans le reste du monde
Des agriculteurs dénoncent l'attaque d'animaux vivants par des vautours
Taïwan: un panda géant offert par la Chine donne naissance à un deuxième petit
Pollution dans l'Arctique russe: le nettoyage en surface terminé
Protection des abeilles: une ONG dépose un recours contre la Commission européenne
Des bulles de savon pour polliniser des arbres fruitiers
Galapagos: Diego, la tortue qui a sauvé son espèce, de retour sur son île
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.