ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 9 Août 2020

RECHERCHE - Publié le 29/07/2020 à 20:42


Une recherche sur les survivants d'Ebola nous en apprend plus sur les séquelles à long terme du virus


AFP

Une équipe de scientifiques français a analysé les potentielles séquelles sur les survivants ayant contracté le virus Ebola. Leurs recherches ont montré la présence de marqueurs immunitaires et inflammatoires à des niveaux élevés dans le sang, deux ans après la survenue de la maladie. 

De 2013 à 2016, l'Afrique de l'Ouest a été touchée par une épidémie de virus Ebola sans précédent, qui a provoqué plus de 28.000 contaminations et 11.000 décès. Ce virus qui se transmet essentiellement par les fluides corporels peut provoquer des diarrhées, des vomissements et des fièvres hémorragiques. 

Si des signes cliniques ont été identifiés comme persistants chez les anciens malades d'Ebola (fatigue généralisée, douleurs musculo-squelettiques, troubles oculaires ), on connaît encore mal les conséquences à long terme sur la santé des personnes qui ont contracté le virus et guéri.

Pour faire avancer la recherche dans ce sens, des scientifiques du Centre de Formation et de Recherche en infectiologie de Guinée (CERFIG) ont développé une cohorte de 802 survivants (PostEboGui), en collaboration avec l'Inserm et l'Institut de recherche pour le développement (IRD). 

Une nouvelle étude parue dans Nature Communications, dirigée par des chercheurs de l'Inserm et de l'université Paris-Est Créteil, a recruté 35 patients issus de la cohorte PostEboGui pour des prélèvements sanguins visant à étudier leur profil immuno-inflammatoire deux ans en moyenne après la survenue de la maladie. 

Comparé à celui des personnes non touchées par le virus Ebola (groupe de contrôle), le système immunitaire des  anciens malades présentait des marqueurs inflammatoires importants, pouvant expliquer la persistance de certains symptômes. Autre élément non négligeable : des anticorps IgG spécifiques du virus Ebola ont été observés chez les survivants, ce qui suggère une activité immunitaire à long terme. 

Si l'épidémie Ebola est terminée en Afrique de l'Ouest, le virus fait encore rage en République démocratique du Congo, où une autre cohorte de survivants est actuellement constituée. À terme, elle devrait permettre de confirmer les résultats sur le profil immunitaire des survivants décrits dans l'étude Inserm. 

L'épidémie Ebola aura permis à certains pays d'Afrique touchés par le virus de mieux se protéger contre la pandémie Covid-19 : certains pays ont adopté le confinement des populations dès la phase 1 de l'épidémie. C'est par exemple le cas de l'Ouganda, qui a fermé son aéroport deux jours après le premier cas de Covid-19 déclaré sur son territoire. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
Des chercheurs en bonne voie pour détecter le Covid-19 dans l'air expiré
Des chercheurs d'Harvard fournissent une explication sur la perte d'odorat liée au Covid-19
Repérer les risques d'Alzheimer dès l'âge de 20 ans ? C'est possible, affirment des chercheurs
La présence d'un anticorps pourrait expliquer pourquoi certaines femmes font des fausses couches à répétition
Une recherche sur les survivants d'Ebola nous en apprend plus sur les séquelles à long terme du virus
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Une vaste étude illustre les méfaits de la pollution de l'air sur la santé des seniors
Des médecins décrivent une pathologie similaire à Alzheimer
Covid-19: la dexaméthasone déjà utilisée à grande échelle en France, selon une infectiologue
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Virgin Galactic table sur un premier vol touristique au premier trimestre 2021
L'Egypte invite Musk après un tweet sur les pyramides construites par des extra-terrestres
Pacifique: trois naufragés sauvés par leur SOS écrit sur la plage
Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
SpaceX a ramené sur Terre deux astronautes, une première
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.