ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 9 Août 2020

SANTE - Publié le 31/07/2020 à 00:05


On sait maintenant d'où vient l'odeur de transpiration


United Press International

Des scientifiques ont découvert quelle enzyme était responsable de l'odeur de transpiration, rapporte un article de United Press International, un site d'informations américain.

Les travaux précédents avaient démontré que seule une poignée de bactéries étaient à l'œuvre dans la formation des effluves qui émanent des dessous de bras. La nouvelle étude, publiée dans la revue spécialisée Scientific Reports, suggère que ces bactéries ont développé une enzyme spécialisée qui produit les molécules qui sont à l'origine de cette exhalaison.

L'équipe de recherche a baptisé cette enzyme BO, pour «body odors» (odeurs corporelles). «La résolution de la structure de cette enzyme BO nous a permis de localiser l'étape moléculaire à l'intérieur de certaines bactéries qui fabriquent les molécules responsable des mauvaises odeurs», détaille dans un communiqué de presse la co-autrice de l'étude Michelle Rudden, biologiste et associée de recherche à l'université de York en Grande-Bretagne.

Une avancée importante

«Il s'agit d'un progrès clé dans la compréhension du fonctionnement des odeurs corporelles. Cela permettra le développement d'inhibiteurs ciblés, capables de stopper la production de ces effluves à la source sans perturber le microbiome des aisselles», explique Michelle Rudden.

L'une des principales souches bactériennes responsables de la production de l'enzyme génératrice de ces exhalaisons qui vient d'être découverte s'appelle «staphylococcus hominis». Il s'agit d'une bactérie qui a évolué aux côtés des premiers êtres humains pendant des milliers, voire des millions d'années. Le groupe de bactéries est antérieur aux Homo sapiens. «Ce groupe de staphylocoques produisant une mauvaise odeur devait être présent dans des populations humaines ancestrales remontant potentiellement aux primates», écrivent les scientifiques dans leur article.

Un rôle clé au cours de l'évolution

Les origines anciennes de ces staphylocoques suggèrent que les bactéries ont peut-être joué un rôle important dans les communications entre les primates et les premiers êtres humains. «Cette recherche a été une véritable révélation», a déclaré le co-auteur de l'étude Gordon James, chercheur au sein de la société britannique de biens de consommation Unilever. «Il est fascinant de découvrir qu'une enzyme clé produisant des odeurs existe dans seulement quelques bactéries de l'aisselle et a évolué il y a des dizaines de millions d'années.»

Les scientifiques ont expliqué que des recherches supplémentaires sont encore nécessaires afin de mieux comprendre la relation évolutive entre les aisselles humaines et les bactéries staphylocoques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Envie de protéines? Mettez des sauterelles dans votre assiette
Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales
Le premier chien testé positif au coronavirus aux Etats-Unis est mort
Que se passe-t-il si vous mangez trop de fibres?
On sait maintenant d'où vient l'odeur de transpiration
Quatre cas de démence sur dix pourraient être évités ou retardés
Coronavirus: les pays nordiques, très rares îlots sans masque dans le monde
L'effet confinement se fait encore sentir chez les personnes sujettes au stress
Du hard seltzer bientôt à l'apéro... Mais c'est quoi ?
La vanille, le parfum de glace préféré des Français
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Virgin Galactic table sur un premier vol touristique au premier trimestre 2021
L'Egypte invite Musk après un tweet sur les pyramides construites par des extra-terrestres
Pacifique: trois naufragés sauvés par leur SOS écrit sur la plage
Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
SpaceX a ramené sur Terre deux astronautes, une première
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.076 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.