ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 9 Août 2020

RECHERCHE - Publié le 31/07/2020 à 18:22


Des chercheurs en bonne voie pour détecter le Covid-19 dans l'air expiré


AFP

Des chercheurs du CNRS s'estimaient vendredi en "bonne voie" pour parvenir à détecter le Covid-19 dans l'air expiré d'une personne malade, en analysant la composition chimique de son souffle.

"On est plutôt confiants d'être sur la bonne voie", a déclaré à l'AFP Christian George, directeur adjoint de l'Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon (Ircelyon). "Il y a encore deux mois, on savait encore peu de choses sur cette maladie, et là, on commence à avoir des informations qui se précisent quasi de jour en jour", a-t-il relevé.

Depuis juin, une équipe de chercheurs, installée à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, a comparé les expirations de "quelques dizaines" de patients atteints du Covid-19 et de sujets sains, grâce à un gros appareil équipé d'un long tube flexible, appelé spectromètre de masse.

"Quand une personne souffle dans l'appareil, on enregistre la composition chimique de l'air expiré", a expliqué M. George, précisant que chaque expiration contenait "30.000 informations/seconde".

"Ce qu'on fait, c'est un traitement statistique pour voir quelles sont les informations qui diffèrent des patients (atteints de Covid-19, ndlr) des personnes saines", a-t-il poursuivi.

"Les premiers calculs ont montré qu'on peut séparer les patients des personnes saines", s'est-il félicité avec prudence, en rappelant que "dans un projet de recherche, tout peut aller de travers jusqu'au dernier moment".

Il reste en effet des étapes à franchir. Comme la réalisation d'une "spéciation chimique" pour déterminer les composés volatiles typiques du Covid-19, une sorte de "signature" propre qui se retrouverait dans le souffle.

"On reste très prudents, parce qu'il faut maintenant qu'on s'assure que ce qu'on observe est spécifique au Covid et que d'autres maladies respiratoires ont une signature bien distincte", a expliqué le chercheur.

Identifier cette signature du Covid-19 permettrait notamment d'aboutir à un système de détection très simple, de type "éthylotest, avec une lumière verte et rouge" alors que "la machine que nous utilisons actuellement est chère et compliquée à utiliser", a souligné M. George.

Cette complexité en fait un outil peu adapté à l'environnement hospitalier, selon le chercheur.

Toutefois, en cas de "deuxième crise (épidémique) à l'automne", "il n'est pas impossible qu'on puisse être (...) prêts pour faire un premier tri (entre les personnes malades et non malades) à l'arrivée de l'hôpital", a-t-il avancé.

Selon lui, cette méthode de détection par le souffle pourrait même marquer "le début" d'une "nouvelle ère du diagnostic médical", et être étendue à d'autres pathologies respiratoires.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
Des chercheurs en bonne voie pour détecter le Covid-19 dans l'air expiré
Des chercheurs d'Harvard fournissent une explication sur la perte d'odorat liée au Covid-19
Repérer les risques d'Alzheimer dès l'âge de 20 ans ? C'est possible, affirment des chercheurs
La présence d'un anticorps pourrait expliquer pourquoi certaines femmes font des fausses couches à répétition
Une recherche sur les survivants d'Ebola nous en apprend plus sur les séquelles à long terme du virus
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Une vaste étude illustre les méfaits de la pollution de l'air sur la santé des seniors
Des médecins décrivent une pathologie similaire à Alzheimer
Covid-19: la dexaméthasone déjà utilisée à grande échelle en France, selon une infectiologue
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Virgin Galactic table sur un premier vol touristique au premier trimestre 2021
L'Egypte invite Musk après un tweet sur les pyramides construites par des extra-terrestres
Pacifique: trois naufragés sauvés par leur SOS écrit sur la plage
Les antalgiques ne serviraient à rien contre la douleur chronique primaire
SpaceX a ramené sur Terre deux astronautes, une première
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.